Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 11:59
Horticulteur(trice)  
 
L'horticulteur cultive les jardins potagers, floraux et d'agrément. C'est pourquoi derrière cette appellation, on regroupe aussi d'autres spécialistes, tels que le floriculteur, le pépiniériste, le maraîcher et l'arboriculteur.

Le métier

Nature du travail

Des plantes aux petits oignons

L'horticulteur veille au développement des végétaux, depuis leur mise en culture jusqu'à la récolte, voire jusqu'à l'expédition vers les étals et les rayons des fleuristes ou des jardineries. Après la mise en terre (ou en pot), il surveille la croissance des plants, les arrose, les désherbe, les traite, les taille, les griffe ou encore les repique selon les cas. Pour favoriser la croissance des plantes, les horticulteurs choisissent des variétés, une terre et des engrais adaptés. Pour les cultures en extérieur, ils tiennent compte du sol et du climat.

Des clients bien conseillés

L'horticulteur est aussi un technicien et un commercial. Il guide les particuliers ou les professionnels dans leurs achats de plantes, les conseille sur les variétés, leur floraison, les soins à leur apporter, leur rendement, leur qualité, les lieux où elles s'épanouiront le mieux...

Des jardins sur mesure

À partir du projet d'un paysagiste ou d'un particulier, l'horticulteur étudie la faisabilité, organise le chantier, achemine les matériaux (végétaux, terre, engrais...) pour créer un jardin sur mesure.

Conditions de travail

Un métier, des métiers

L'horticulteur produit et vend des fleurs et des plantes en pot. Le floriculteur, des fleurs «à couper» pour les bouquets, des bulbes, des plantes (vertes, grasses ou à massif). Le pépiniériste, des végétaux d'extérieur : arbustes fruitiers, arbres d'ornement, plants forestiers en pot ou en pleine terre... Le maraîcher, des légumes cultivés en plein air ou sous abri. Enfin, l'arboriculteur cultive des arbres fruitiers.

Dedans, dehors

Selon qu'il travaille seul ou en équipe, l'horticulteur peut travailler en pleine terre, en serre ou «en tunnel» (plastiques maintenus par des arceaux pour protéger les cultures), dans les champs, les jardins et les espaces verts. En pépinière ou en jardinerie, il exerce un rôle de technico-commercial au sein du magasin.

L'informatique dans les serres

En pépinière et en production fruitière, le travail reste en partie manuel. Boutures, greffes, tailles... exigent, en effet, doigté et précision. Mais de plus en plus, les techniques s'automatisent (arrosage, brumisation, fertilisation...), en particulier celles qui reproduisent des conditions climatiques sous abri. Grâce à un programme informatique, l'horticulteur peut aujourd'hui gérer chauffage, ombrage, taux d'humidité et de luminosité.

Vie professionnelle

Un horizon dégagé

La production horticole (pépinières, arboriculture, floriculture) ne connaît pas de boom de l'emploi. Cependant, et malgré une vive concurrence internationale, les besoins croissent chaque année. Le paysage d'intérieur, les jardins particuliers et l'entretien constituent trois marchés en développement.

Vers une spécialisation

À l'avenir, la production devrait se spécialiser : biotechnologies, traitements phytosanitaires, culture hors sol, régulation climatique des serres par informatique...

Conseil et vente en majorité

Près de quatre horticulteurs sur dix travaillent avec des paysagistes pour l'horticulture d'agrément. Plus du tiers occupent des postes de vendeurs en magasin, de responsables des achats en jardinerie, etc., pour promouvoir et vendre les produits horticoles. Autre débouché potentiel : la recherche.



Rémunération

Salaire du débutant

Smic, variable en fonction du diplôme.

 

Compétences

Polyvalence et minutie

Habilité manuelle, sens de l'observation, connaissances scientifiques sont nécessaires à l'horticulteur. Une certaine résistance est recommandée pour le travail en pépinière, dans les champs, les jardins ou les espaces verts. Un certain sens artistique, enfin, est apprécié.

Expérience de rigueur

La culture des végétaux exige des années d'expérience, en techniques horticoles mais aussi en techniques commerciales : calcul du prix de revient des cultures, suivi des marchés, circuits de distribution et de vente...

Accès au métier

CAPA ou BEPA minimum

Pour devenir horticulteur, le CAPA ou le BEPA productions horticoles sont les diplômes de base exigés. Ils se préparent en 2 ans, après la 3e . Après le CAPA, cap sur la vie active.

Après le BEPA, la majorité des élèves poursuivent leurs études en bac pro du secteur.

Pour accéder à des postes d'encadrement (ou s'installer), mieux vaut posséder un bac pro ou un BTSA (bac+2).

À noter : le BPA horticulture (6 spécialités) et le BP productions horticoles (4 options) ne sont préparés que dans le cadre de l'apprentissage et de la formation continue.

Les certificats de spécialisation agricoles (CSA) peuvent se préparer après un BEPA, un CAPA, un bac pro ou un diplôme de niveau bac+2. Ils «profilent» des emplois. Par exemple, le CSA Responsable technico-commercial : horticulture ornementale .


Des formations menant au métier :

Partager cet article

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans METIER (JE DECOUVRE UN...)
commenter cet article

commentaires