Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 13:53

 


  • Publié le mardi 10 février 2009

Vous souhaitez travailler pendant vos études et ne pas être obligé d’exercer un boulot alimentaire sans grand intérêt. Pourquoi ne pas préparer le Bafa ?

Diplôme non professionnel, le Bafa (brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur) vous offre la possibilité d’encadrer de façon occasionnelle des enfants et des jeunes en centre de loisirs pendant l’année scolaire ou lors de séjours de vacances…

Premier pas vers les métiers de l’animation

Plus de 50 000 Bafa sont délivrés chaque année par les directions départementales de la jeunesse et des sports. Outre l’aspect enrichissant de la formation et de la fonction, l’obtention de ce diplôme peut constituer un premier pas vers les métiers de l’animation.

Le Bafa est accessible aux jeunes qui ont 17 ans révolus au premier jour de la formation. Elle ne peut être délivrée que par un organisme habilité à la dispenser. Pour connaître la liste des associations départementales, contactez un centre ou un point d’accueil du Réseau information jeunesse ou la direction départementale de la jeunesse et des sports.


Un diplôme en trois étapes

Cette formation, régie par des textes réglementaires, comprend trois grandes étapes : une session de formation générale de huit jours qui permet d’acquérir les éléments fondamentaux de la fonction d’animation, un stage pratique d’au moins quatorze jours (fractionné en deux séjours maximum) et une session d’approfondissement ou de qualification d’une durée de six ou huit jours.

Lors de cette troisième étape, vous pouvez aller plus loin sur un thème (la petite enfance, les jeux de plein air, la musique…) ou acquérir des compétences dans une discipline particulière (la voile, les arts du cirque…). Les trois étapes doivent se dérouler sur une période maximale de trente mois, avec une durée de dix-huit mois au plus entre la session de formation générale et le stage.

Grâce à cette formation, vous devez être capable d’assurer la sécurité des enfants et des ados, de construire une relation de qualité avec eux, de les accompagner dans la réalisation de leurs objectifs, de participer à un projet pédagogique, de développer les relations entre les différents acteurs, d’animer la vie quotidienne et les activités.


Implication personnelle exigée

Même s’il est recommandé d’aimer le contact avec les enfants, aucune expérience dans ce domaine n’est exigée avant de commencer une préparation au Bafa. On vous enseignera les bases en matière de pédagogie, de psychologie de l’enfant, et les fondements de la fonction d’animation. Toutefois, la formation est loin d’être purement théorique et exige une implication personnelle.

"Nous interrogeons les candidats sur leurs motivations, car leur participation active est indispensable", explique Olivier Goncalves, responsable développement à la délégation régionale Île-de-France de l’Union française des centres de vacances et de loisirs (UFCV : www.ufcv.fr), qui ajoute : "Les jeunes sont généralement sensibilisés à l’animation, souvent parce qu’ils ont eux-mêmes participé à des séjours en centre de vacances." C’est le cas de Marion, 19 ans, étudiante et baby-sitter occasionnelle, qui prépare actuellement le Bafa : "J’ai de bons souvenirs de colo, et j’ai envie d’encadrer des enfants plus âgés. Quand on ose se lancer, on ne le regrette pas. C’est très enrichissant."


Une formation payante

La formation au Bafa n’est pas gratuite. Ainsi, à l’UFCV, les prix des deux sessions de formation (ou de qualification) s’élèvent à 960 € environ (de l’ordre de 760 € en externat). "Mais le jeune peut obtenir des aides financières", précise Cécile Dejardin, coordinatrice Bafa à la délégation Île-de-France de l’UFCV.

Après chaque session et à la fin du stage, votre livret de formation (à demander, avant de la commencer, à la direction départementale ou à télécharger sur www.jeunesse-sports.gouv.fr) sera complété par l’équipe de formateurs et signé par le directeur de session, qui y consignera son appréciation.

La délivrance d’un certificat est nécessaire pour passer à l’étape suivante. À la fin de la formation, vous adresserez vos trois certificats complétés à la direction départementale de la jeunesse et des sports. Le jury départemental Bafa se prononcera alors sur votre aptitude. Sur sa proposition, le directeur départemental peut vous déclarer reçu, ajourné ou refusé. Si vous êtes ajourné (manque de maturité, d’implication…), vous pourrez recommencer la ou les sessions ou le stage non validés, dans un délai de douze mois.


Obtenir une aide financière

La direction départementale de la jeunesse et des sports peut attribuer, sous condition de ressources, un montant de 305 € pour l’ensemble de la formation au Bafa. Renseignez-vous avant le début de la formation pour constituer le dossier de demande d’aide.

Les conseils généraux donnent des subventions. Les critères d’attribution varient en fonction des départements.

La Caisse nationale des allocations familiales accorde aux stagiaires inscrits à une session d’approfondissement (3e étape) une aide de 91,47 € sans condition de ressources, ni d’âge (106,71 € pour une session "animation de la petite enfance"). Les services d’action sociale de certaines Caf peuvent attribuer une aide complémentaire. Renseignez-vous auprès de la Caf dont vous dépendez.

D’autres institutions peuvent distribuer des aides, sous certaines conditions : la MSA (Mutualité sociale agricole), des comités d’entreprise, les Assedic…

Diplôme non professionnel, le Bafa (brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur) vous offre la possibilité d’encadrer de façon occasionnelle des enfants et des jeunes en centre de loisirs pendant l’année scolaire ou lors de séjours de vacances…

Premier pas vers les métiers de l’animation

Plus de 50 000 Bafa sont délivrés chaque année par les directions départementales de la jeunesse et des sports. Outre l’aspect enrichissant de la formation et de la fonction, l’obtention de ce diplôme peut constituer un premier pas vers les métiers de l’animation.

Le Bafa est accessible aux jeunes qui ont 17 ans révolus au premier jour de la formation. Elle ne peut être délivrée que par un organisme habilité à la dispenser. Pour connaître la liste des associations départementales, contactez un centre ou un point d’accueil du Réseau information jeunesse ou la direction départementale de la jeunesse et des sports.

Un diplôme en trois étapes

Cette formation, régie par des textes réglementaires, comprend trois grandes étapes : une session de formation générale de huit jours qui permet d’acquérir les éléments fondamentaux de la fonction d’animation, un stage pratique d’au moins quatorze jours (fractionné en deux séjours maximum) et une session d’approfondissement ou de qualification d’une durée de six ou huit jours.

Lors de cette troisième étape, vous pouvez aller plus loin sur un thème (la petite enfance, les jeux de plein air, la musique…) ou acquérir des compétences dans une discipline particulière (la voile, les arts du cirque…). Les trois étapes doivent se dérouler sur une période maximale de trente mois, avec une durée de dix-huit mois au plus entre la session de formation générale et le stage.

Grâce à cette formation, vous devez être capable d’assurer la sécurité des enfants et des ados, de construire une relation de qualité avec eux, de les accompagner dans la réalisation de leurs objectifs, de participer à un projet pédagogique, de développer les relations entre les différents acteurs, d’animer la vie quotidienne et les activités.

Implication personnelle exigée

Même s’il est recommandé d’aimer le contact avec les enfants, aucune expérience dans ce domaine n’est exigée avant de commencer une préparation au Bafa. On vous enseignera les bases en matière de pédagogie, de psychologie de l’enfant, et les fondements de la fonction d’animation. Toutefois, la formation est loin d’être purement théorique et exige une implication personnelle.

"Nous interrogeons les candidats sur leurs motivations, car leur participation active est indispensable", explique Olivier Goncalves, responsable développement à la délégation régionale Île-de-France de l’Union française des centres de vacances et de loisirs (UFCV : www.ufcv.fr), qui ajoute : "Les jeunes sont généralement sensibilisés à l’animation, souvent parce qu’ils ont eux-mêmes participé à des séjours en centre de vacances." C’est le cas de Marion, 19 ans, étudiante et baby-sitter occasionnelle, qui prépare actuellement le Bafa : "J’ai de bons souvenirs de colo, et j’ai envie d’encadrer des enfants plus âgés. Quand on ose se lancer, on ne le regrette pas. C’est très enrichissant."

Une formation payante

La formation au Bafa n’est pas gratuite. Ainsi, à l’UFCV, les prix des deux sessions de formation (ou de qualification) s’élèvent à 960 € environ (de l’ordre de 760 € en externat). "Mais le jeune peut obtenir des aides financières", précise Cécile Dejardin, coordinatrice Bafa à la délégation Île-de-France de l’UFCV.

Après chaque session et à la fin du stage, votre livret de formation (à demander, avant de la commencer, à la direction départementale ou à télécharger sur www.jeunesse-sports.gouv.fr) sera complété par l’équipe de formateurs et signé par le directeur de session, qui y consignera son appréciation.

La délivrance d’un certificat est nécessaire pour passer à l’étape suivante. À la fin de la formation, vous adresserez vos trois certificats complétés à la direction départementale de la jeunesse et des sports. Le jury départemental Bafa se prononcera alors sur votre aptitude. Sur sa proposition, le directeur départemental peut vous déclarer reçu, ajourné ou refusé. Si vous êtes ajourné (manque de maturité, d’implication…), vous pourrez recommencer la ou les sessions ou le stage non validés, dans un délai de douze mois.

Obtenir une aide financière

La direction départementale de la jeunesse et des sports peut attribuer, sous condition de ressources, un montant de 305 € pour l’ensemble de la formation au Bafa. Renseignez-vous avant le début de la formation pour constituer le dossier de demande d’aide.

Les conseils généraux donnent des subventions. Les critères d’attribution varient en fonction des départements.

La Caisse nationale des allocations familiales accorde aux stagiaires inscrits à une session d’approfondissement (3e étape) une aide de 91,47 € sans condition de ressources, ni d’âge (106,71 € pour une session "animation de la petite enfance"). Les services d’action sociale de certaines Caf peuvent attribuer une aide complémentaire. Renseignez-vous auprès de la Caf dont vous dépendez.

D’autres institutions peuvent distribuer des aides, sous certaines conditions : la MSA (Mutualité sociale agricole), des comités d’entreprise, les Assedic…

http://www.dossierfamilial.com/emploi/formation/devenir-animateur-aupres-d-enfants,3718,5

Partager cet article

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans METIER (JE DECOUVRE UN...)
commenter cet article

commentaires