Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 12:06
Pour redynamiser le taux de syndicalisme français, le Centre d'analyse stratégique incite les organisations syndicales à se positionner davantage sur le terrain du syndicalisme de services.

Comment redonner de la vigueur au syndicalisme français, dont le taux de syndicalisation est le plus faible d'Europe (8%) ? Le Centre d'analyse stratégique (CAS) suggère aux syndicats d'opérer un virage vers le syndicalisme de services pour relancer la dynamique syndicale.

Le syndicalisme de services déjà en cours en Europe

Le syndicalisme de services est très développé dans un certain nombre de pays européens (les pays nordiques, la Belgique,...) au sein desquels existe "un système de relations professionnelles où l'appartenance à un syndicat conditionne peu ou prou l'accès à l'assurance-chômage notamment (voire à l'assurance-maladie)". 
On y inclut aussi le syndicalisme "serviciel" (les syndicats proposent une série de nouveaux services financiers et de services individuels), et le syndicalisme d'organisation (syndiquer de nouveaux adhérents jusque là peu syndiqués en leur proposant des services spécifiques).

Les premières manifestations du syndicalisme de services en France

Le syndicalisme de service est déjà en germe en France. La formation qu'offrent les syndicats à leurs adhérents est le premier témoignage de cette forme de syndicalisme : "formation interne des nouveaux adhérents visant à mieux connaître le syndicat, ses enjeux et sa structuration, formation destinée aux détenteurs de mandats électifs dans l'entreprise ou hors de l'entreprise (conseillers prud'hommes par exemple) ou encore formation continue des syndicalistes permanents ou très engagés", détaille le CAS.

La loi du 20 août 2008, un tremplin pour cette forme de syndicalisme ?

Les auteurs de l'étude se demandent toutefois si la loi du 20 août 2008 ne constitue pas un terrain favorable pour un essor du syndicalisme de services.
Cette loi "fait le pari que la mesure de l'audience syndicale à l'occasion des élections professionnelles amènera nécessairement les organisations syndicales à chercher à mobiliser des électeurs, et donc à repenser leurs politiques d'adhésion et de syndicalisation", expliquent les auteurs de l'étude.

Répartition des rôles entre le CE et les syndicats

Il faut dire que la tradition française accorde plutôt au comité d'entreprise le soin de délivrer des "services" aux salariés.
"Le double canal de représentation des salariés en France, élections des membres du CE et désignation des délégués syndicaux, a sans doute joué un rôle dans la répartition des tâches mais aussi dans la représentation parfois caricaturale des uns et des autres : aux syndicalistes les négociations des accords collectifs, aux membres du CE la distribution de services..."

Quelques pistes pour développer les services aux salariés

Le Centre d'analyse stratégique invite les syndicats à se placer aussi sur ce terrain, tout en veillant à ne pas se limiter au seul champ professionnel.
Certes, "les services les plus attractifs pour les salariés sont ceux directement liés au travail", concède le CAS, mais les syndicats doivent aussi offrir aux salariés "un encadrement de la vie sociale" : meilleure prise en charge de la défense juridique des salariés, meilleure organisation des associations de consommateurs créées par les syndicats, plus grande proximité avec les salariés précaires.
De tels services pouvant représenter un certain coût, le CAS suggère "une mutualisation des moyens" entre organisations syndicales.
Les syndicats doivent aussi renforcer leur rôle en matière de sécurisation des parcours professionnels en s'appuyant sur leur participation à la gestion d'organismes paritaires ou tripartites (Opca, FPSPP, assurance-chômage,...).
Le CAS propose par exemple que les Opca "offrent davantage de services d'aide aux salariés dans l'élaboration de leur projet de formation". 

Documents joints :

Partager cet article

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans DROIT DU TRAVAIL
commenter cet article

commentaires