Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 13:06

Par Anne Marie Le Gall le 06 août 2014

 

De plus en plus de seniors s’expatrient une fois à la retraite. D'autres le font au cours de leur vie professionnelle. Quelles sont les conséquences sur la retraite ?

Vous envisagez de partir travailler à l’étranger ? Mais vous êtes inquiet quant aux répercussions que pourrait avoir cette expatriation sur votre future retraite?

A compter du 1er janvier 2015, vous pourrez demander à bénéficier, avant de partir, d’un entretien d’information avec votre caisse de retraite. Cette disposition, prévue par la loi du 20 janvier 2014, vient d’être précisée par décret, le 17 juillet 2014

Le futur expatrié (et son conjoint, s’il le désire) pourra ainsi être renseigné sur l’incidence de son activité à l’étranger sur sa pension de retraite, et sur les dispositifs permettant de l’améliorer notamment par le jeu de l’assurance volontaire.

Rappelons qu’un salarié détaché par son entreprise reste affilié à la Sécurité sociale. Il continue d’acquérir des droits à la retraite sans changement. Quant aux périodes accomplies à l’étranger avec un contrat de travail local, elles sont prises en compte de manière différente selon les pays concernés (Etat de l'Union européenne, de l'Espace économique européen, Suisse ou pays ayant signé un accord de Sécurité sociale avec la France). Chaque situation est particulière.

Notre conseil ! Si vous envisagez de vous expatrier ou, à l'approche de la retraite, vous vous interrogez sur la prise en compte de vos périodes d’activité passées à l’étranger, n’hésitez pas à solliciter un entretien avec votre Caisse de retraite pour faire le point. Vous pouvez égalementconsulter la brochure "Information retraite des futurs expatriés" téléchargeable gratuitement sur le site de l’Assurance retraite.

Passer sa retraite hors de France

Maroc, Portugal, Thaïlande… Beaucoup de seniors font le choix de passer leur retraite hors de l’Hexagone pour des raisons de climat, de coût de la vie… Côté retraite, cela ne pose aucun problème. Rien n’interdit aux pensionnés français de partir séjourner à l’étranger, tout ou partie de l’année. Le versement de la pension suivra. Une exception toutefois : l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), versée sous condition de ressources pour garantir un "minimum vieillesse", est réservée aux personnes qui résident en France.

Si vous choisissez de partir vivre à l’étranger, n'oubliez pas de signaler votre nouvelle adresse aux organismes qui versent votre retraite ainsi que tout changement de coordonnées bancaires.

Côté formalité: chaque année, votre Caisse de retraite (régime général et régime complémentaire Arrco/Agirc) vous demandera de produire un certificat de vie (ou justificatif d’existence). Il peut être obtenu auprès de toute autorité compétente du pays de résidence (police, mairie...). Ne négligez pas cette démarche. Sans réponse de votre part, votre caisse pourrait suspendre le versement de votre retraite ou de votre pension de réversion.

Bon à savoir ! Si vous êtes domicilié fiscalement hors de France, votre retraite ne sera pas soumise à la Contribution sociale généralisée (CSG), à la Contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS), ni à la Contribution de solidarité pour l’autonomie (Casa). Cependant, en règle générale, une cotisation d’assurance maladie peut être prélevée pour le régime de base, et selon le pays de résidence, par le régime complémentaire Agirc/Arrco. Pour plus de détails, renseignez-vous auprès de votre Caisse de retraite

http://www.notretemps.com/retraite/travail-vie-etranger-quel-impact-retraite,i65116/2



 

Partager cet article

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans RETRAITE - PERSONNES AGEES
commenter cet article

commentaires