Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 13:06

(22/09/2009)

Qu’est-ce que le droit au logement opposable (Dalo) ? Qui peut en bénéficier ? Comment effectuer le recours amiable devant la commission de médiation ? Comment effectuer le recours devant le tribunal administratif ?

Pour en savoir plus, le ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer propose en ligne la brochure "droit au logement : mode d’emploi" qui explicite de façon pratique la notion de droit au logement opposable institué à la suite de la loi du 5 mars 2007. Le Dalo concerne les personnes dont les démarches en vue de louer un logement ou de se maintenir dans le logement qu’elles louaient n’ont pas abouti. Deux recours ont été mis en place : un recours amiable devant une commission de médiation, puis, en cas de décision favorable non suivie de l’attribution d’un logement, un recours contentieux devant le tribunal administratif. Le recours devant la commission de médiation est possible depuis le 1er janvier 2008. Le recours devant le tribunal administratif est possible depuis le 1er décembre 2008 (ou le sera à partir du 1er janvier 2012 dans certains cas).

Pour obtenir la liste des associations agréées qui apportent une assistance aux personnes faisant un recours amiable devant la commission de médiation ou un recours contentieux devant le tribunal administratif, il faut s’adresser à la préfecture du département.

http://www.service-public.fr/actualites/001373.html?xtor=EPR-140

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans COPROPRIETE - IMMOBILIER
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 13:04

Les cours du CP au CM2 en accès gratuit sur "www.academie-en-ligne.fr"

(24/09/2009)

Connaître l’alphabet, apprendre à conjuguer au présent, compter de 0 à 1 000, faire la différence entre une aire et un périmètre, découvrir l’histoire, la géographie, les sciences expérimentales ou encore les langues... Après la mise à disposition des cours d’été, voici désormais en ligne les cours de l’année pour l’école élémentaire.

Retrouvez sur le site "www.academie-en-ligne.fr" du Centre national d’enseignement à distance (Cned) les cours du CP au CM2 en accès gratuit. Destiné à aider les élèves à s’approprier les notions au programme et à s’exercer à les mettre en oeuvre, le site propose de nombreuses séquences qui s’appuient sur des documents sonores ou iconographiques. Afin d’accéder aux ressources en ligne, il existe 3 voies de recherche : par matière, par classe ou encore par mot-clé.

Les cours de la 6ème à la terminale seront progressivement mis en ligne à compter du 30 octobre, dans les disciplines d’enseignement général :
- fin octobre, pour les mathématiques, la physique-chimie, le français, la philosophie, l’histoire-géographie, l’anglais, l’allemand (lycée), le chinois (collège), l’espagnol (lycée) ;
- mi-décembre, pour les sciences de la Vie et de la Terre, ainsi que pour les sciences économiques et sociales.

http://www.service-public.fr/actualites/001263.html?xtor=EPR-140

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans FORMATIONS
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 13:01
Afpa : mise en ligne du nouveau site internet - 18/09/09
Logo AFPA
Le nouveau site de l'Afpa (Association nationale pour la formation professionnelle des adultes) permet un accès simple et pratique à l'information : listes des offres de formations disponibles près de chez soi, mise en relation avec des entreprises qui recrutent en contrat de professionnalisation, possibilité de s'inscrire en ligne, outils d'auto-évaluation, information sur les démarches à entreprendre, focus et vidéos métiers, informations régionales, actualités et données statistiques. Par ailleurs, 22 sites régionaux autonomes permettent désormais un accès aux offres de formations et d'emplois en contrat de professionnalisation par région.

Visiter le site :
http://www.afpa.fr

http://www.creersaboite.fr/cid92223/afpa-mise-en-ligne-du-nouveau-site-internet.html
Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans FORMATIONS
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 12:05
ctualités : Social - Santé , Jeune

Couples

S’informer avec "www.choisirsacontraception.fr"

(28/09/2009)

A la suite de la journée mondiale de la contraception qui s’est déroulée le 25 septembre, retrouvez le site "www.choisirsacontraception.fr".

Ce site présente d’abord les différents moyens de contraception qui existent, du préservatif masculin ou féminin à la pilule et au stérilet par exemple. Puis, le site propose toute une série d’entrées pour trouver la bonne contraception en fonction de sa situation, en parler à son entourage (couple, amis, parents, professionnels), répondre à ses questions ou savoir quoi faire en cas de problème (contraception d’urgence, interruption volontaire de grossesse). Enfin, le site donne accès aux coordonnées des centres de planification ou d’éducation familiale ou encore aux coordonnées des établissements d’information, de consultation et de conseil conjugal. Des plateformes téléphoniques régionales d’information sont également ouvertes.

Ce site est proposé par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) et le ministère de la santé et des sports.

 

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 12:02

Reconnaissance des diplômes étrangers : quelle procédure ?

(29/09/2009)

La procédure de reconnaissance des diplômes étrangers a changé depuis le 1er septembre.

C’est le centre Enic-Naric France qui délivre, lorsque l’étude d’un dossier le permet, une attestation de comparabilité pour un diplôme obtenu à l’étranger, cette attestation évaluant le diplôme soumis par rapport au système français. Seules les formations diplômantes sont prises en compte ; les formations qualifiantes ou les diplômes attestant d’une compétence exclusivement linguistique ne sont pas concernés. L’attestation de comparabilité délivrée pour un diplôme obtenu à l’étranger n’est pas une équivalence. Le centre Enic-Naric France utilise, pour évaluer les diplômes étrangers, une grille d’analyse qui applique les principes des textes internationaux guidant la reconnaissance des diplômes en Europe. L’analyse comparative menée s’appuie également sur une étude individuelle du parcours de l’intéressé. Cette attestation est utile pour :
- poursuivre des études dans un établissement d’enseignement français si celui-ci en fait la demande,
- appuyer les démarches de recherche d’emploi et faire valoir le diplôme étranger auprès d’un employeur si la profession envisagée n’est pas réglementée.

Dépendant du Centre international d’études pédagogiques (CIEP), le centre Enic-Naric France est accessible par courrier électronique sur ’enic-naric@ciep.fr’.

http://www.service-public.fr/actualites/001383.html?xtor=EPR-140

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans FORMATIONS
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 11:58
La réponse de Maître Christophe BAUMGARTEN
Avocat au Barreau de Bobigny


L’article L. 2315-8 du Code du travail prévoit que les réunions des délégués du personnel avec l’employeur ont lieu :
- à l’initiative de l’employeur, collectivement, une fois par mois,
- sur la demande des délégués, collectivement, en cas d’urgence,
- sur la demande des délégués, individuellement, soit par catégorie, soit par atelier, service ou spécialité professionnelle selon les questions qu'ils ont à traiter.

L’article L. 2315-10 du Code du travail prévoit quant à lui que « dans tous les cas, les délégués du personnel suppléants peuvent assister, avec les délégués du personnel titulaires, aux réunions avec les employeurs », en vue d’être en mesure, le moment venu, de remplacer efficacement le délégué titulaire. Il précise en outre que les délégués du personnel peuvent, sur leur demande, se faire assister d'un représentant d'une organisation syndicale.

En outre, l’article L. 2315-11 du Code du travail précise que le temps passé par les délégués suppléants en réunion est, comme pour les titulaires, normalement rémunéré.

Vous êtes donc en droit d’exiger de pouvoir participer à toute réunion et d’être rémunéré pour le temps que vous y avez passé. 
Si l’employeur persiste dans son refus, vous pouvez :
- saisir le tribunal correctionnel pour demander l’application des sanctions pénales du délit d’entrave prévu par l’article L. 2316-1 (emprisonnement d'un an et amende de 3 750 €, augmentée en cas de récidive) ;
- et/ou saisir le tribunal de grande instance en référé pour contraindre l’employeur à vous convoquer aux réunions. Le TGI peut en outre fixer une astreinte et condamner l’employeur à vous verser des dommages-intérêts.

information UNSA 92
Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans DROIT DU TRAVAIL
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 11:36

Chômage partiel

Vers une nouvelle amélioration de l'indemnisation du chômage partiel ?

Les partenaires sociaux, réunis le 2 octobre 2009, ont poursuivi leurs discussions sur les questions d'emploi et de chômage. Le MEDEF a soumis à la signature un projet d'un nouvel accord national interprofessionnel (ANI) « améliorant » le chômage partiel.

L'objectif serait d'harmoniser l'assiette de l'allocation de chômage partiel avec celle de l'activité partielle de longue durée, plus favorable, et de prendre en considération les périodes de chômage partiel dans l'acquisition des congés payés. Il s'agirait d'intégrer l'indemnité versée pour les congés payés de l'année précédente dans la rémunération servant de base au calcul de l'allocation.
Le projet prévoit également que les périodes de chômage partiel seraient prises en compte en totalité pour l'acquisition des droits à congés payés.

En cas de signature, l'accord entrerait en vigueur le premier jour du mois suivant la date de publication de l'arrêté d'agrément ministériel. En tout état de cause, cet accord cesserait de s'appliquer en même temps que l'ANI du 8 juillet 2009 sur la gestion sociale des conséquences de la crise économique sur l'emploi, c'est-à-dire le 1er janvier 2011.

Projet d'accord national interprofessionnel du 2 octobre 2009 sur le chômage partiel.

http://rfsocial.grouperf.com/depeches/17720.html

Brèves2009-10-05

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans DROIT DU TRAVAIL
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 11:28

Drogues

Tout savoir sur les addictions avec "www.drogues.gouv.fr"

(7/10/2009)

Alors que le ministère de la santé et des sports a lancé une campagne d’information contre la toxicomanie avec l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), retrouvez le site "www.drogues.gouv.fr" avec la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt).

Ce site présente des informations scientifiquement validées sur les drogues et leurs nocivités (cannabis, cocaïne, ecstasy, héroïne, alcool, tabac, médicaments psychoactifs, produits dopants...). La rubrique "être aidé" donne les numéros des lignes téléphoniques "drogues info service", "écoute alcool", "écoute cannabis" et permet d’accéder à toute une série de conseils pour les parents et pour les jeunes mais aussi à des forums de discussion ou à un formulaire pour poser ses questions. Cette rubrique propose également des liens vers des lieux d’accueil pour les jeunes ou vers des structures de prise en charge. Enfin, le site établit une synthèse sur ce que dit la loi en matière de drogues, d’alcool, de tabac ou encore de dopage.

Au niveau international, les stupéfiants et les psychotropes figurent sur des listes annexées à des conventions des Nations-Unies dont la France est signataire. En France, la réglementation actuelle reprend cette classification et liste les substances nécessitant une surveillance particulière.

http://www.service-public.fr/actualites/00517.html?xtor=EPR-140

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 11:18
Bientôt, nos anciennes ampoules céderont la place aux lampes basses consommations. Lumière médiocre, prix élevé, difficulté à trouver la bonne puissance, dangers pour la santé… Les nouvelles ampoules suscitent la critique. Qu'en penser ? Comment acheter futé ?
La lampe à incandescence, inventée en 1879 par Thomas Edison va bientôt sortir de notre quotidien. Son défaut : consommer trop ! L’Union européenne a programmé son retrait d’ici 2012. Le 1er septembre dernier, les ampoules 100 watts, celles à verre dépoli (non classées A) ainsi que les lampes classées F et G ont déjà été retirées du marché, même si elles resteront en vente jusqu’à écoulement des stocks… Dans les prochains mois, tous les Français devront s’habituer aux lampes basse consommation.

Que regroupe l'appellation "lampes basse consommation" ?

- les lampes fluorescentes compactes (LFC),
- les halogènes haute efficacité,
- et les lampes à LED (diode électroluminescente).

Pourquoi les lampes fluorescentes déçoivent-elles ?Ces dernières semaines, les Français ont dévalisé les magasins de leur stock d’ampoules à incandescence. Ne seraient-ils pas satisfaits des solutions alternatives ? En juin 2009, dans un sondage réalisé par le site Canal-energie.com, les consommateurs reprochaient aux lampes fluorescentes compactes (LFC) leur allumage trop lent, la qualité de lumière diffusée, la difficulté pour comparer les produits et leur prix élevé.

Mauvaise luminosité ? Passer d’une lampe classique à une LFC suscite souvent la déception. Les consommateurs lui reproche de créer une ambiance triste, d’être longue à s’allumer… Pour Pierre Yves Monleau de  l’Association française de l’éclairage (AFE), de grands progrès ont néanmoins été réalisés : "Ces trois dernières années, les fabricants ont gommé ces défauts. Encore faut-il acheter des produits de qualité. On peut conseiller aux personnes habituées à la lumière blanche intense de s’équiper de lampes halogènes à haute efficacité. Celles-ci, moins énergivores que les précédentes, vont rester en vente".

Et les variateurs ?  Seuls certains modèles de lampes basse consommation (LFC et lampes à LED) sont utilisables sur les variateurs d'intensité.  Or, beaucoup de foyers en sont équipés. Vérifiez sur l’emballage si la lampe est "gradable" ou non avant votre achat.
Les lampes basse consommation sont-elles trop chères ?Ces lampes sont 5 à 10 fois plus chères que leurs ancêtres. Mais c’est un choix gagnant car les LFC consomment 4 à 5 fois moins d’électricité et durent 6 à 10 fois plus longtemps. Soit, selon l'AFE, un gain de 50 € ! On peut aussi espérer à l’avenir une baisse des prix liée au développement de masse de ces produits.

• La preuve par les chiffres
Prenons l’exemple du remplacement d’une lampe à incandescence (LI) de 100 W (prix : 1 €) par une lampe fluorescente compacte (LFC) de 20 W achetée 8 € (Source : Association française de l’éclairage). Le prix du kWh étant en France de 0,11 €, voici les économies réalisées sur 6 000 heures (durée de vie minimum des LFC à compter du 1er septembre 2009).

  • Pour 6 000 heures, il faut acheter 6 LI et donc dépenser 6 €, alors qu’il ne faut qu’une LFC : 8 €.
  • Après 6 000 heures de fonctionnement, la LI aura consommé : 6 000 x 100 = 600 000 W, soit 600 kW. Coût : 66 €.
  • La LFC aura consommé : 6000 x 20 = 120 000 W, soit 120 kW. Coût: 13,20 €.
  • Coût total de la LI : 72 €
  • Coût total de la LFC: 21,20 €.
  • Gain = 50,80 € pour votre porte-monnaie et 420 kW d’économisés pour l’environnement !
Des effets néfastes pour la santé ?Récemment, les ampoules fluorescentes compactes (LFC) ont fait l’objet d’inquiétudes pour leurs éventuels dangers sur la santé. Qu’en est-il ?

  • Présence de mercure
Les LFC contiennent effectivement du mercure pour faire rayonner les poudres luminescentes, mais en très petite quantité. Pierre-Yves Monleau de l’AFE se veut rassurant : "La limite maximale autorisée est de 5 mg par ampoule, et les fabricants en utilisent 1 à 3 mg selon les puissances et les durées de vie". Cela impose toutefois de ne pas les jeter à la poubelle, et de les ramener à un point de collecte pour éviter de polluer l’environnement (renseignements sur le site : www.malampe.org). Si vous cassez une ampoule chez vous, il n’y a, a priori, pas de danger pour la santé, mais par précaution aérez la pièce. Ramassez les débris mécaniquement et non avec un aspirateur (il émettrait alors du mercure à chaque utilisation ultérieure).

  • Emission d’ondes électromagnétiques
 Le Centre de recherche et d'information indépendante sur les rayonnements électromagnétiques (CRIIREM) a mis en évidence une pollution électromagnétique émanant des LFC.Pour l’AFE, l’inquiétude n’est pas de mise : "Comme tous les produits électriques, l’ampoule émet bien des ondes, mais dans des limites sans danger pour la santé et encadrées par la réglementation européenne", explique Pierre-Yves Monleau... qui conseille néanmoins d’acheter des ampoules de qualité, garante d’un respect des normes et de l’efficacité affichée sur les emballages.

De son côté, l’Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement (Afsset), diligentée par l’Ademe, reste prudente : elle a élaboré un protocole de relevé de mesures qui seront prochainement effectuées par des laboratoires indépendants et agréés. On devrait donc connaître sous peu l’exacte émission de ces ampoules. 

Les lampes à LED : avantages, inconvénients 

Ses avantages.
 Une très faible consommation, une très longue durée de vie (jusqu’à 25 ans !), et un allumage instantané. Cette lampe existe en outre sous plusieurs formes et finitions, avec plusieurs ambiances lumineuses au choix (douce ou intense).

Ses inconvénients. Les lampes à LED sont aujourd’hui limitées en puissance, à l’équivalence d’une lampe à incandescence de 40 Watts. Alors que l’éclairage habituel utilise généralement 60 Watts et plus. Le prix (de 20 à 30€) a également un effet dissuasif.
D’ici 2010, les lampes à LED pourraient toutefois être disponibles en équivalent 60 Watts. Attendons un peu que la technologie s’améliore, pour en profiter pleinement pour de l’éclairage général.

Les astuces pour choisir la bonne puissanceC’est le casse-tête par excellence. Habitués à des lampes de 40, 60, 75 ou 100 Watts, les Français peinent à trouver leur équivalent parmi les ampoules basses consommation. Pour faire simple, retenez qu’il faut multiplier par 5 la puissance d’une lampe fluorescente pour obtenir son équivalent en incandescence.
Exemple : 20 watts = 100 watts. Un résultat approximatif mais facile à mémoriser.

Pensez lumens ! Mais pour Pierre-Yves Monleau, il faut désormais compter en quantité de lumière émise, Lumens (Lm), plutôt que puissance électrique (Watts). Pour bien acheter, recherchez cette indication sur l’emballage pour trouver la lampe équivalente la plus proche de celle à remplacer. Retenez qu’en incandescence, un watt = 10 lumens. Plus le chiffre est grand, plus la lampe émet de lumière pour une même énergie consommée. 
Exemple : pour une lampe à incandescence de 40 W, choisissez environ 400 Lm. Pour une de 60 watts : 600 Lm.

Lumière chaude ou froide. Une lumière froide correspond à la lumière du jour (à midi). Une lumière chaude, à une ambiance plus feutrée, plus jaune (lumière du matin ou du soir). À partir du 1er septembre 2010, cette indication sera obligatoirement portée sur les emballages sous l’indication "température de couleur" : plus cette température (exprimée en Kelvin) apparaît basse, plus la lumière correspondra à du "blanc chaud" ! Certains fabricants mentionnent déjà cette précision.

À lire : des conseils sur l’éclairage sur le site de l’Ademe.
Anne Marie Le Gall


http://www.notretemps.com/guide-achat/10000800-ampoules-basse-consommation-comment-y-voir-plus-clair-.html





Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans ENVIRONNEMENT - ECOLOGIE
commenter cet article
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 14:41

Pour l'ouverture d'un EHPAD, le 1er septembre 2009, au Plessis Robinson (92)

La Fondation Caisse d'Epargne pour la Solidarité

recherche :

DES AIDES SOIGNANTS DIPLOMES H/F

jour/nuit - CDI - Temps plein

DES AIDES MEDICO-PSYCHOLOGIQUES DIPLOMES H/F

CDI - Temps plein

Envoyer lettre de motivation manuscrite + CV

à EHPAD Les 4 Saisons - 9, avenue de la Libération - 92350 LE PLESSIS ROBINSON

Diffusion : ASH du 28/08/09 n° 21-4179

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans EMPLOI
commenter cet article