Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 octobre 2007 1 08 /10 /octobre /2007 22:11

Chers concitoyens, chers amis,

L’ASSOCIATION PHILOTECHNIQUE, (subventionnée par la ville) située dans notre quartier,

dispense des cours pour adultes de langues, informatique, couture, comptabilité…

 

 Après le Forum des Associations, il reste encore quelques places disponibles.

 

Vous pouvez consulter le programme 2007-2008 en cliquant sur le lien ci-dessous :

 

www.asso-bb.net/philotechnique

 

  les inscriptions se font les lundi, mercredi et jeudi de 18 h à 20 h (hors vacances scolaires)
à l’accueil situé 30, rue de l’Ancienne Mairie – 3ème étage.

 

Si vous avez de grands enfants,des amis ou relations intéressées, (notamment pour améliorer leur parcours professionnel),

merci de leur faire suivre ce message.

 

 Agnès BAUCHE
Maire adjoint du quartier N°1 

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans FORMATIONS
commenter cet article
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 22:04

Le système d’immatriculation des véhicules pour 2009

(2/10/2007)

Le ministère de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales présente en ligne les modalités de mise en place en 2009 du nouveau système d’immatriculation des véhicules.

Ce nouveau système donnera un numéro à vie à chaque véhicule, depuis la date de sa première mise en circulation jusqu’à sa destruction ou son exportation, quelle que soit l’identité ou l’adresse de son propriétaire. Le propriétaire d’un véhicule n’aura plus l’obligation d’en faire modifier le numéro minéralogique en cas de changement de département. Le numéro sera issu d’une série de 7 caractères formée successivement au maximum de 2 lettres, 3 chiffres et 2 lettres. Il sera attribué chronologiquement dans une série nationale unique gérée par un système centralisé. Pour les véhicules neufs vendus par les professionnels du commerce automobile, les usagers pourront faire leur demande de carte grise auprès des vendeurs (garagistes, concessionnaires, vendeurs indépendants…) qui prendront en charge les démarches. Le demandeur recevra sa carte grise directement à son domicile.

Au 1er janvier 2009, la 1ère phase sera lancée avec l’immatriculation des véhicules neufs sachant que le basculement de l’ensemble des véhicules actuellement immatriculés dans le nouveau système nécessitera au moins 5 ans.

Liens contextuels

http://www.service-public.fr/actualites/00634.html

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans INFORMATIONS DIVERSES
commenter cet article
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 22:03

Un site internet pour échanger des déchets industriels

La bourse des déchets industriels est un site internet permettant aux entreprises de proposer, à la vente ou en don gratuit, des déchets qui pourront être utilisés comme matière première par d’autres.

Proposé par plusieurs chambres de commerce et de l’industrie (CCI) régionales, ce site permet de publier des annonces d’offre ou de demande de matériaux, matières et produits, afin de mettre en relation offreurs et repreneurs.

La consultation des offres est libre. Il faut cependant s’inscrire pour accéder aux coordonnées des annonceurs et pour diffuser une annonce. Cette inscription est gratuite uniquement pour les entreprises localisées dans les régions dont les treize CCI sont éditeurs du site, l’abonnement étant payant pour les autres.

Bourse des déchets industriels Assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie (ACFCI)

 

 

http://pme.service-public.fr/actualites/breves/site-internet-pour-echanger-dechets-industriels.html

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans ENVIRONNEMENT - ECOLOGIE
commenter cet article
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 22:02

Libéralisation des formats d’emballage

La réglementation européenne en matière d’emballage des produits est simplifiée et libéralisée par une nouvelle directive, qui autorise les formats libres pour tous les produits préemballés, sauf les vins et les spiritueux pour lesquels il existe des formats obligatoires.

À compter du 11 avril 2009, il sera possible de commercialiser des marchandises préemballées dans n’importe quelle quantité nominale, ce qui devrait élargir le choix de format de produits (individuel, familial, gros volume, etc.) et renforcer la concurrence tant sur les petits volumes que sur les gros, tout en participant à la réduction de la production d’emballages.

Les États membres qui le souhaitent pourront éliminer progressivement les règles existantes sur les formats nationaux dans cinq secteurs : lait, beurre, pâtes sèches, café (jusqu’au 11 octobre 2012) et sucre blanc (jusqu’au 11 octobre 2013).

Pour éviter le risque d’effet trompe-l’oeil (afin que la taille de l’emballage soit parfaitement adaptée à la quantité du produit qu’il contient), la directive impose que les indications de poids et de mesures sur l’étiquetage des produits soient "plus faciles à lire et plus visibles sur les préemballages dans des conditions habituelles de présentation".

Directive 2007/45/CE du 5 septembre 2007 (format pdf) Journal officiel de l’Union européenne

 

http://pme.service-public.fr/actualites/breves/liberalisation-formats-emballage.html

 

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans ENVIRONNEMENT - ECOLOGIE
commenter cet article
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 22:00

Prévention des troubles musculo-squelettiques au travail

Dans le cadre de la campagne européenne « Allégez la charge », qui se tiendra du 22 au 26 octobre 2007, l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) a mis en ligne un dossier sur les troubles musculo-squelettiques (TMS) sur les lieux de travail.

Les TMS, qui représentent aujourd’hui plus de 70% des maladies professionnelles reconnues, regroupent les troubles chroniques, qui se caractérisent par des douleurs qui peuvent devenir très invalidantes et qui sont principalement causées par la répétition de gestes associés à des efforts excessifs ou à des postures inconfortables.

L’agroalimentaire, la métallurgie, la construction automobile et le BTP concentrent la majorité des cas. Mais aucun secteur d’activité n’est épargné : dans le tertiaire, les affections liées à l’utilisation intensive de l’ordinateur commencent à apparaître.

Dans ce dossier de sensibilisation, des explications claires et succinctes permettent aux entreprises de faire le point sur ces troubles en pleine expansion : comment diagnostiquer le problème dans les entreprises et comment y remédier ?

Dossier sur les troubles musculo-squelettiques (TMS) Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles

 

http://pme.service-public.fr/actualites/breves/prevention-troubles-musculo-squelettiques-au-travail.html

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 12:48

DERNIERS JOURS POUR LES INSCRIPTIONS A CETTE UNITE D'ENSEIGNEMENT

Pré-requis recommandés et public concerné : auditeurs des DPCE, DPCT, DPC (cycle A) dans le cadre du L1

Objectifs pédagogiques

- améliorer ses méthodes d'analyse et de traitement de l'information.
- aquérir des capacités relationnelles dans des situations quotidiennes de communication orales 
- développer ses capacités d'expression et de communication écrite (structurer un écrit, rédiger, mettre en forme, argumenter...)

Contenu de la formation

A partir de situations de la vie personnelle et professionnelle, ce module apporte des outils et des méthodes pour mieux communiquer à l'oral et à l'écrit :

- la prise de parole individuelle et dans un groupe, l'entretien, l'exposé 
- la retranscription de l'information orale (prises de notes)
- la recherche de l'information et son traitement ; le texte informatif et argumentatif
- la structure et la rédaction d'une production orale ou écrite (plan, langue, argumentation...)
- licenciement du salarié - Cause réelle et sérieuse - Procédure - Préavis - Indemnités
- modes de rupture assimilés à un licenciement. Suspension du contrat de travail. Retraite du salarié.
- obligations consécutives à la fin du contrat de travail.

Inscription auprès du CNAM DE BOULOGNE 
Début de ce cours : prévision lundi 15 octobre 2007
Horaires : 18 H 30 - 21 H 30, le lundi.

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans FORMATIONS
commenter cet article
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 23:04
Géomètre-topographe  
 
Aménagement d'un quartier, tracé d'une route, limites de propriété, dessin d'une base de loisirs, calcul des surfaces d'appartements... le géomètre est toujours le premier à intervenir. Technicien, ingénieur ou expert, selon son niveau de qualification, il remplit différentes fonctions.

Nature du travail

Relevés de terrain

Avant travaux, le technicien géomètre procède à des relevés de terrain à l'aide d'un appareil spécialisé (le théodolite) en n' omettant aucun détail : niveaux d'altitude, arbres, poteaux télégraphiques, murs... À partir de ces relevés, il établit des plans et des cartes sur ordinateur. Il utilise les mêmes techniques pour établir le cadastre (registre public des propriétés).

Conception des aménagements

L'ingénieur géomètre est un concepteur. À partir des plans, il imagine et prépare les travaux d'aménagement : remembrement, travaux d'assèchement du sol, tracé de route ou d'un tramway, définition d'un quartier d'habitation, d'une zone de loisirs, calcul de surfaces d'appartements d'un immeuble en copropriété...

Fonction juridique

Le géomètre expert a une fonction juridique. C'est lui qui fixe les limites exactes des propriétés foncières. Bien plus, il établit la superficie d'un bien lors d'une vente ou la surface corrigée d'un appartement en vue d'un loyer plus juste, il prépare les règlements de copropriété, peut estimer la valeur d'un bien, gérer des immeubles, collaborer à l'établissement de plans d'occupation des sols pour une commune... Assermenté, il est tenu au secret professionnel.

Conditions de travail

À la ville et aux champs

Le technicien géomètre est un homme de terrain et de bureau. Il passe, en moyenne, trois journées par semaine à l'extérieur pour réaliser des relevés topographiques (en ville ou à la campagne) et deux jours au bureau pour calculer et interpréter les mesures prises.

Techniques sophistiquées

Avec l'introduction de techniques de pointe, le métier s'est énormément modernisé. Les logiciels de métrés, le dessin assisté par ordinateur, les systèmes d'informations géographiques, les images satellites permettent d'obtenir des relevés plus puissants et de gérer des données plus nombreuses.

Jamais seul

Pour mener à bien toutes ses missions, le géomètre-topographe rencontre de nombreux interlocuteurs : représentants de l'État, particuliers, professionnels de l'immobilier, élus locaux, chefs de projet des collectivités territoriales, architectes, urbanistes, paysagistes, notaires, avocats...

Vie professionnelle

Dans le secteur privé

Le géomètre-topographe peut travailler dans les cabinets de géomètres experts, les sociétés de topographie, le bureau d'études des entreprises de travaux publics ou des sociétés d'autoroutes. Dans l'industrie pétrolière ou minière, où il s'occupe de la mise en place de machines ou de contrôle d'installation, il travaille souvent à l'étranger.

Dans le public

Dans le public, il travaille au service du cadastre, à l'Institut géographique national, dans les services topographiques des entreprises publiques (EDF, SNCF, RATP...), dans les services techniques des villes et collectivités territoriales, des directions départementales de l'équipement.

L'expertise

Pour devenir géomètre expert, l'ingénieur géomètre-topographe doit effectuer un stage de deux ans dans un cabinet de géomètres experts. Le certificat de stage est obligatoire pour s'inscrire ensuite à l'Ordre des géomètres experts. Environ 2 200 sur les 3 000 ingénieurs diplômés sont géomètres experts. Ils travaillent dans 1 800 cabinets, soit en libéral, soit comme salarié.

 



Rémunération

Salaire du débutant

Niveau BTS : entre 1 500 et 2 000 euros brut mensuel. Ingénieur topographe : entre 2 200 et 3 100 euros brut mensuel.

 

Compétences

Rigoureux et observateur

Lorsqu'il établit ses relevés sur le terrain, rien ne doit échapper à l'oeil du géomètre-topographe : surfaces, reliefs, volumes, altitude... Il doit donc avoir le sens de l'espace, en particulier pour appréhender les reliefs. Certains relevés nécessitant une précision au millimètre, il doit aussi posséder une excellente vision.

Bon en dessin et informatique

De retour au bureau, il calcule et interprète les mesures prises sur le terrain, dessine des plans et des cartes sur ordinateur. Maîtrisant le dessin en trois dimensions, il est aussi parfaitement à l'aise avec le traitement des données par informatique.

Adaptable et résistant

Le géomètre-topographe doit être de santé robuste et aimer travailler dehors par tous les temps. Dans son métier, les déplacements sont nombreux et les chantiers variés : en ville, à la campagne, dans une forêt... et même dans les égouts !

Accès au métier

Du BEP au diplôme d'ingénieur

  • Plusieurs diplômes de niveaux différents peuvent mener à la profession de technicien géomètre-topographe.
  • Le BEP techniques du géomètre et de la topographie se prépare en 2 ans après la 3e dans un lycée professionnel ou par apprentissage.
  • Le bac pro technicien géomètre-topographe est préparé en 2 ans après le BEP.
  • Le BTS géomètre-topographe se prépare en 2 ans après un bac S ou STI, un BT topographe, voire un bac pro...
  • L'École nationale des sciences géographiques prépare à un brevet de technicien supérieur d'études et de travaux géographiques et recrute des élèves civils et fonctionnaires.
Si le BTS reste le diplôme le plus prisé des employeurs, il existe encore des débouchés pour les titulaires du BEP et du BT.

  • Pour devenir ingénieur géomètre, il existe 3 écoles :
  • L'ESGT (École supérieure des géomètres et topographes) du Mans, en 3 ans, accessible sur dossier pour les prépas scientifiques et les 2es années de licence de sciences et technologies ou sur concours pour les BTS géomètre-topographe ;
  • L'INSA (Institut national des sciences appliquées) de Strasbourg, en 5 ans, ouvert sur dossier en 1re année aux bacs S et en 3e année aux titulaires d'un diplôme à bac + 2 (2e année de licence de sciences et technologies, DUT, BTS, classes prépas scientifiques) ;
  • L'ESTP (École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'industrie) de Paris, en 3 ans, qui comprend une spécialité géomètre. Recrutement sur concours pour prépas scientifiques, DUT ou BTS passés ou non par une prépa spécifique (ATS).

Des formations menant au métier :

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans METIER (JE DECOUVRE UN...)
commenter cet article
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 23:00

GEOLOGUE

»Scientifique de la Terre et de la terre», tel pourrait être l'autre nom du géologue. Pourquoi ? Parce qu'il étudie la composition, la structure, les propriétés physiques, l'histoire et l'évolution de notre planète et de son sol.

Nature du travail

Mission études et analyses

Mesurer le champ de la pesanteur terrestre, étudier la nature des roches, recenser les zones sujettes aux tremblements de terre... Autant de problématiques posées quotidiennement au géologue. Sa mission ? Étudier et analyser la composition et la structure de l'écorce terrestre et de ses constituants, solides, liquides ou gazeux.

Percer les secrets de la Terre

Sur le terrain, il ramasse des fragments de roches ou des fossiles, prélève du gaz sortant d'une roche volcanique, examine la composition d'un métal, sonde les océans pour trouver un gisement de pétrole. Ensuite, le temps passé en laboratoire lui permet d'analyser ces données ou d'effectuer des recherches poussées.

Des spécialités à la pelle

La géologie comporte une quinzaine de spécialités, parmi lesquelles : la géophysique (étude de la nature et de la structure interne de la Terre), la minéralogie (étude de la nature des minéraux des roches), la paléontologie (étude et analyse des restes fossilisés), la sédimentologie (étude de la formation des diverses strates de roches), la sismologie (étude des tremblements de terre)...

Conditions de travail

Sur le terrain et en labo

Le géologue passe beaucoup de temps sur le terrain pour effectuer les prélèvements et ses déplacements sont nombreux. Les analyses qu'il pratique se font ensuite en laboratoire. L'évolution des technologies met à sa disposition des outils de plus en plus pointus : microscopes électroniques, microsondes, capteurs d'images satellites, logiciels spécialisés...

Un travail d'équipe

Le géologue travaille rarement seul. Il est souvent secondé par des techniciens géologues, chargés d'effectuer les prélèvements de roches, par exemple. Lors des expéditions d'exploration pétrolière ou minière, il collabore également étroitement avec une équipe de spécialistes (géophysiciens, géochimistes...) et s'appuie sur leurs connaissances.

Fonctionnaire ou salarié

Le géologue est le plus souvent un chercheur travaillant pour des organismes de recherche publique. Par exemple, pour le bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), des instituts géologiques... Il peut aussi travailler pour le compte de compagnies minières ou pétrolières, pour Gaz de France ou enseigner en université.

Vie professionnelle

Peu de débouchés

À l'heure actuelle, on recense environ 7 000 géologues en France. Ce métier, qui attire beaucoup les jeunes, offre peu de débouchés. Mais les emplois se situent dans des domaines très variés : énergie, exploitation des réserves en eau.

Pétrole, eau et minerais

Le géologue peut, par exemple, travailler dans le domaine des matériaux énergétiques : recherche de pétrole sur terre et sous la mer pour le compte des compagnies pétrolières...). Il peut se consacrer à la recherche de minerais pour fabriquer des revêtements routiers ou des matériaux de construction. Il peut participer à la recherche, à l'exploitation et à la préservation des nappes d'eau souterraines.

Aménagement et environnement

Le géologue peut également s'intéresser aux grands travaux d'aménagement du territoire (sonder les sols pour repérer les risques cachés en cas de construction pour le compte de bureaux d'études), à l'environnement (évaluer et prévenir les risques naturels comme les inondations, les glissements de terrain, les éruptions volcaniques dans des laboratoires publics et privés), à l'enseignement et la recherche (dans les universités, au Centre national de la recherche scientifique, au Bureau de recherches géologiques et minières, par exemple).



Rémunération

Salaire du débutant

Selon les employeurs, le salaire s'élève à un peu plus 2 350 euros brut/mois.

 

Compétences

La tête...

Seul, un solide bagage scientifique n'est pas suffisant pour réussir dans ce métier. La pratique courante de l'anglais, voire d'une autre langue, est nécessaire au géologue pour analyser des données techniques et les traduire.

La rigueur, la précision et le sens des relations sont également importants pour mener à bien les travaux de recherche et entretenir des contacts avec des interlocuteurs variés (experts, scientifiques, décideurs...).

...et les jambes

Pour se rendre sur les chantiers terrestres ou sous-marins, une bonne condition physique est indispensable. Et ce, aussi, pour supporter des conditions climatiques variées, en France ou à l'étranger, en fonction des sites sur lesquels le géologue est amené à travailler.

Accès au métier

Bac+5 au minimum

La majorité des géologues sont recrutés à bac+5 (master ou diplôme d'ingénieur) et au niveau doctorat (pour la recherche). Les titulaires d'un diplôme de niveau bac+4 accèdent le plus souvent à des postes de techniciens supérieurs, futurs assistants des géologues sur le terrain.

  • À l'université, de nombreux masters proposent des spécialisations en géologie. Par exemple, le master pro sciences et technologies, mention sciences de la Terre, spécialité géologie de l'aménagement ; le master pro sciences, santé, technologies, mention milieux naturels et sciences de la vie, spécialité géologie appliquée ; le master pro sciences, technologies, santé, mention sciences de la Terre, de l'Univers et de l'environnement, spécialité géosciences, exploration, risques...
  • Plusieurs écoles d'ingénieurs proposent également des spécialités en géologie, parmi lesquelles l'École des mines (Alès, Paris, Nancy), l'École nationale supérieure de géologie de Nancy, l'Institut géologique Albert de Lapparent...

Des formations menant au métier :

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans METIER (JE DECOUVRE UN...)
commenter cet article
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 22:27

Délai de renonciation à une clause de non-concurrence

 

Renoncer à une clause de non-concurrence. - L'employeur peut renoncer à l'application de la clause de non-concurrence inscrite dans le contrat de travail d'un salarié, et donc se dispenser de verser la contrepartie financière à cette clause, si cette renonciation est expressément prévue dans le contrat ou la convention collective à laquelle celui-ci se réfère. Quand un délai de renonciation est prévu dans le contrat ou la convention collective, l'employeur doit le respecter sous peine de voir sa renonciation privée d'effet. Mais si aucun délai n'est fixé, qu'en est-il ?

Clause sans délai de renonciation. - Si ni le contrat de travail ni la convention collective ne fixe le délai de renonciation, il y a quand même une limite : les juges exigent que l'employeur notifie la renonciation dans un délai « raisonnable ». Dans l'affaire jugé le 13 juin, un délai de 2 mois a été jugé raisonnable, mais tout dépendra de chaque cas.

(cass. soc. 13 juin 2007, n° 04-42740 FSPBR)

 

http://rfsocial.grouperf.com/article/0067/ra/rfsocira0067_0230_3824D.html

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans DROIT DU TRAVAIL
commenter cet article
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 22:26

Voyages en avion : création d'un fichier de données biométriques

Un fichier contenant les données biométriques des passagers des aéroports français volontairement inscrits au programme « Parafes » a été créé par le ministère de l'Intérieur.

Ce traitement automatisé de données à caractère personnel comprend les empreintes digitales de 8 doigts ainsi que l'état civil, le lieu de naissance, la nationalité et, de façon facultative, l'adresse du passager. Les données sont conservées pendant 5 ans à compter de leur inscription. Toutefois, elles pourront être effacées lorsque la personne renonce au programme.

Décret 2007-1182 du 3 août 2007, JO du 7, p. 13203

Article paru le 09/2007

http://interetsprives.grouperf.com/article/0646/ms/intprims0646_50829_1.html

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans ACTUALITE
commenter cet article