Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 14:21
Par Odile Amblard, avec le Dr Delphine Clero, vétérinaire le 17/07/12
Animaux: comment reconnaître une urgence?
Hémorragies, convulsions, fractures... Certaines affections conduisent à consulter au plus vite, d'autres sont moins évidentes à repérer. Neuf comportements suspects analysés par notre spécialiste.


• Il a un comportement inhabituel

Vous êtes chez vous et n'avez pas modifié les habitudes de votre compagnon, mais il ne mange rien ou, au contraire, mange tout le temps? N'hésitez pas à le conduire chez le vétérinaire. Surtout s'il a des vomissements ou des diarrhées.
En revanche, si vous l'avez confié quelques jours à un proche, patientez un jour ou deux, ce désordre d'alimentation est dû aux changements de son quotidien.

 

• Il est abattu toute la journée

Soulevez ses babines et regardez leur couleur: elles doivent être roses. Dans les autres cas, il est important de consulter. - Si elles sont blanches: signe de saignements internes ou d'ingestion de produits toxiques (associés à des difficultés respiratoires par exemple);
jaunes: un problème de foie;
- bleues: un manque d'oxygène

Dans le doute, prenez sa température: il faut enduire le thermomètre de vaseline, apaiser et tenir votre chien ou chat, avant d'introduire le thermomètre, puis attendre quelques minutes. La température d'un chien varie entre 38° et 39° (parfois augmentée en cas de stress).

• Il a fait un malaise

Il est tombé, a perdu connaissance. Si le malaise se produit après un coup de chaud, avec une température au-dessus de la moyenne, refroidissez-leen lui mettant de l'eau sur la nuque, les pattes, le corps tout entier. Le vétérinaire devra vérifier ensuite son état de santé, même s'il semble aller mieux.
 

• Il a des convulsions

La meilleure chose à faire: laissez-le au calme dans le noir, surveillez-le sans le toucher et attendez 4 à 5 minutes que les convulsions s'arrêtent. Ensuite emmenez-le chez le vétérinaire: les convulsions peuvent avoir de nombreuses autres causes que l'épilepsie, les intoxications par exemple. Le vétérinaire l'examinera et procédera à d'autres examens si besoin.

• Il est nerveux, il essaie de vomir

Il ne peut pas rester couché, il se regarde l'abdomen... Et en le palpant derrière les côtes, vous sentez un "ballon": il s'agit certainement d'unedilatation-torsion de l'estomac. Normalement, la digestion provoque des gaz qui s'échappent ensuite de l'estomac. Parfois, surtout chez les grandes races, cette évacuation ne se fait pas: l'estomac se dilate, puis se retourne.Il y a urgence à vous rendre chez le vétérinaire car la situation peut vite devenir critique.

• Il a des urines foncées

Chien ou chat, emmenez-le rapidement à la clinique, même s'il semble aller bien. Ce signe peut-être le symptôme d'une maladie grave et d'une atteinte des reins qui nécessitent une prise en charge rapide.

• Il présente des diarrhées importantes

Ce dysfonctionnement peut être assez fréquent et relativement bénin s'il ne dure pas. En revanche, il faut le prendre davantage au sérieux quand il s'agit de votre chaton ou chiot. S'il a moins de 6 mois, ne tardez pas à réagir car il peut se déshydrater complètement en quelques heures. 

• Il a été heurté par une voiture

Même s'il semble aller bien, faites-le examiner. Certaines blessures peuvent être internes. Le vétérinaire réalisera des radios complémentaires si nécessaire. Même réflexe en cas de chute d'une hauteur supérieure à 2 mètres.

• Il a avalé un produit toxique

Appelez votre vétérinaire ou contactez un centre antipoison pour chiens et chats (ex. le CAPA, à Nantes au: 02 40 68 77 40 ou le CNITV à Lyon au: 04 78 87 10 40). N'oubliez pas que certains produits, tels que le chocolat et l'oignon sont toxiques à faibles doses et que l'utilisation de médicaments humains sans avis vétérinaire est à proscrire, même en dosage nourrisson (paracétamol mortel chez le chat).

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans ANIMAUX
commenter cet article
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 14:16
Par Notre Temps.com le 03/08/12
Décret retraite à 60 ans: les complémentaires s’alignent sur le régime général

Le 1er août 2012, les régimes Agirc et Arrco ont signé un document dans lequel ils annoncent leur alignement sur le régime de base dans le cadre du décret carrières longues.


C’était une décision attendue. Suite à la publication, le 2 juillet 2012, du décret élargissant les possibilités de départ anticipé à la retraite à 60 ans pour les personnes ayant commencé à travailler avant 20 ans, les caisses de retraites complémentaires Agirc (cadres) et Arrco (salariés) ont décidé de suivre le régime général dans l’application des nouvelles dispositions. Pour le détail des dispositions prévues par le décret sur le retrour partiel à la retraite à 60 ans, voir l'article ici.

Concrètement, cela signifie que les personnes concernées par ce décret pourront liquider leur retraite en bénéficiant à la fois de la part du régime de base et de celle des régimes complémentaires.

Rappelons que les demandes de retraite anticipée peuvent s’effectuer depuis le 4 juillet 2012 auprès de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav). Les premiers départs seront effectifs à partir du 1er novembre prochain.

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans RETRAITE - PERSONNES AGEES
commenter cet article
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 14:04
Par Jacqueline Maillat (La Croix) le 12/06/12
Compte bancaire joint: avantages et inconvénients
À condition qu'il ne devienne pas source de problèmes, le compte joint peut s'avérer intéressant. Détails des avantages et des inconvénients.


Lorsque l'entente est parfaite, le compte joint présente des avantages : 
- il facilite le partage des tâches et permet une gestion plus souple des dépenses du ménage, 
- il autorise la constitution d'une épargne collective (sauf contrats d'assurance-vie),
- il augmente la capacité d'endettement tout en divisant les frais d'hypothèque, d'enregistrement et de notaire par deux lorsqu'il y a souscription d'un prêt immobilier.

• Les inconvénients du compte joint

La communauté de vie et d'intérêts a ses limites! "Ce compte présente deux risques majeurs, avertit Serge Maître, secrétaire général de l'Association française des usagers des banques.
Il y a le risque : 
 
- d'être associé à une interdiction bancaire

- et celui d'avoir à répondre de dettes contractées par son cosignataire
 
En effet, si l'un des titulaires émet un chèque rejeté en tant qu'interdit bancaire, son conjoint sera frappé de la même interdiction. Et si l'un d'eux laisse grossir un découvert sur le compte, la banque pourra réclamer la dette à l'un comme à l'autre." Circonstance fâcheuse si le cotitulaire hérite, par exemple, d'une lourde dette sans avoir de gros revenus.

Mais il existe des parades :
 
"Pour éviter l'interdiction bancaire, il faut envoyer une lettre conjointe au directeur d'agence pour désigner un “responsable du compte” qui, le cas échéant, supportera seul l'interdit, souligne Serge Maître. 

Et s'il y a découvert, il faut informer la banque de sa décision de se désolidariser du compte qui ne fonctionnera plus alors que sous l'autorité du restant. À la date de son départ, le sortant ne sera plus responsable des éventuels avatars du compte. Les courriers devront être envoyés en recommandé avec accusé de réception et le cotitulaire averti de la démarche. "

• Rien de plus simple que d'ouvrir un compte joint

Pour ouvrir un compte joint, il suffit de présenter à la banque une pièce d'identité avec photographie de chacun des postulants (conjoint, concubin, pacsé…) accompagnée d'un justificatif de domicile et d'un spécimen de signature. 

L'organisme financier ouvre alors un compte au nom des titulaires reliés par la mention "ou"  (" Monsieur ou Madame Dupont "). Mention reproduite sur les chéquiers avec lesquels les cotitulaires pourront effectuer toutes les opérations qu'ils souhaitent avec leur seule signature, sans l'aval de l'autre: émettre des chèques, signer des virements ou des autorisations de prélèvement, alimenter ou vider le compte en partie ou en totalité, avoir une carte de paiement

Au décès de l'un d'eux, le compte est bloqué. Précaution à prendre toutefois: ne pas opter pour un compte au nom de "Monsieur et Madame", il nécessiterait la signature des deux et priverait les intéressés de l'avantage d'effectuer seul toutes ces opérations. 

Par ailleurs, si les cotitulaires ont souscrit de concert un crédit immobilier, la banque tentera de résister à la désolidarisation. Mauvais prétexte : il est toujours possible de sortir d'un compte joint assorti d'un tel crédit. Il suffit de le faire transformer en compte indivis sur lequel tout engagement devra porter la signature des deux conjoints et qui ne fonctionnera plus, en principe, que pour le paiement du crédit immobilier.

Article paru dans La Croix le 11 juin 2012
Repost 0
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 13:41
Par Anne Bance le 06/08/12
Célibataire sans enfant: organiser sa succession
Célibataire sans enfant ni conjoint, vous souhaitez transmettre vos biens... Savez-vous qui sont vos héritiers, comment léguer aux personnes de votre choix et quel est le montant des droits de succession ? Voici quelques règles pour prendre les bonnes dispositions.





• Vous ne prenez aucune disposition : qui héritera ?

Vous avez des frères et sœurs
- Si vos deux parents sont en vie, ils recueillent chacun un quart de la succession. Vos frères et sœurs se partagent le reste. Ils peuvent également choisir de renoncer à leur part et la laisser à égalité à leurs enfants (c'est-à-dire vos neveux et nièces).

- S'il reste un seul parent, il a droit à un quart de la succession. Les frères et sœurs reçoivent les trois quarts.

- En l'absence de parents, vos frères et sœurs bénéficient de toute la succession. Exemple: s'ils sont deux, ils en reçoivent chacun la moitié.

- Si un de vos frères ou sœurs est décédé, sa part revient à ses propres enfants (vos neveux). S'il n'a pas de descendants, elle est répartie entre vos autres frères et sœurs.

- Si vos frères et sœurs sont tous décédés et si vous n'avez pas de neveux, vos biens sont partagés comme si vous étiez enfant unique.


Vous êtes enfant unique
 
- Si vos deux parents sont vivants, ils se partagent la succession. Si un seul a survécu, il reçoit tout (en supposant que les grands-parents sont décédés).

- Si vous n'avez plus vos parents, vos biens seront répartis pour moitié entre la branche maternelle et la branche paternelle (la famille de votre père et celle de votre mère). 
Il faut donc identifier les parents les plus proches dans chacune des deux branches : les oncles et tantes (parents au 3e degré), puis les cousins germains (parents au 4e degré) et, enfin, les cousins issus de germains (parents au 6e degré). 
Ce n'est que lorsqu'aucun héritier jusqu'au sixième degré n'est identifié dans une branche que l'autre branche recueille la totalité des biens.

- Lorsqu'aucun héritier au sixième degré n'est trouvé dans aucune des deux branches, la succession revient à l'État. 

• Comment procéder pour organiser votre succession ?

Rédigez un testament

- Vous n'avez pas de descendants :  avec un testament, vous êtes libre de laisser vos biens à qui vous voulez, même hors de la famille, à un ami ou à une association. Rien ne vous oblige à accepter les héritiers que la loi a prévus pour vous. 


Revoyez vos assurances vie
Pour chaque contrat, vous devez remplir la clause bénéficiaire."Définissez précisément qui (nom, adresse...) doit recevoir le capital en cas de décès", conseille Me Jean-François Humbert, notaire à Paris. Ne vous contentez pas de la clause standard proposée par l'assureur car elle désigne vos héritiers légaux, même si vous n'en avez pas ! 

• Quels seront les droits à payer ?

Des abattements réduits
 
Ils sont assez modestes pour la plupart des héritiers possibles, sauf les parents qui ont droit à un abattement de 159.325€.

Dans les autres cas, l'abattement s'élève à :
• 15.932€ pour chaque frère et sœur (ou les neveux et nièces qui héritent à sa place) ;
• 7.967€ pour chaque neveu et nièce dans les autres cas;
• 1.594 € pour toutes les autres personnes;
• 159.325€ pour les handicapés, quel que soit le lien de parenté. 


Un impôt très lourd
 
- Entre frères et sœurs, les droits s'élèvent à 35 % sur les 24.430 premiers euros transmis, et 45 % au-delà (mêmes taux pour les neveux et nièces qui héritent à la place de leur parent décédé ou renonçant à sa part).

Exemple: Simone hérite de son frère Marcel la somme de 50.000 €. La part taxable est de 34.068€ (50.000€ - 15.932€ d'abattements). 
Les droits à payer seront de 8.550€ (35% de 24.430€) + 4.337€ (45% de 9.638€ [34.068€ - 24.430€]), soit un total de 12.887€. 
Pour les parents jusqu'au 4ème degré inclus, les droits sont de 55%. Ils se montent à 60% au-delà du 4ème  degré, ainsi que pour les personnes extérieures à la famille.

• Que faire pour alléger les droits ?

Privilégiez l'assurance vie

À condition d'avoir alimenté votre contrat avant 70 ans, le capital sera transmis aux bénéficiaires sans impôt jusqu'à 152.500€ par personne, et avec une taxe de 20% au-delà (25% pour la partie taxable supérieure à 902.838€).

Si vous versez après 70 ans, les sommes investies sont exonérées jusqu'à 30.500€ (montant commun à tous les bénéficiaires). Au-delà, les sommes versées (mais pas les intérêts qu'elles ont rapportés) sont soumises aux droits de succession


Donnez de votre vivant
 
Vous pouvez donner de l'argent (et non des biens) jusqu'à 31.865 € tous les dix ans, sans impôt, à chacun de vos neveux et nièces majeurs, à condition d'avoir moins de 80 ans.

Si vous donnez des biens, gardez l'usufruit. Les droits de donation seront calculés aux mêmes taux que les droits de succession mais seulement sur la valeur de la nue-propriété (70% de la valeur du bien, par exemple, si vous avez entre 71 et 80 ans).

• Que faire pour alléger les droits ?


Léguez à une association

- Certaines associations ou fondations sont exonérées de droits sur les legs qu'elles reçoivent. 
Voici ce que conseille Me Patrice Bonduelle, notaire à Paris : 
"Plutôt que de laisser 100.000 € à un ami qui paierait 60 % de droits et ne recevrait donc, en net, que 40.956 €, léguez les 100.000 € à une association. Ensuite, à charge pour elle de reverser les mêmes 40.956 € à votre ami et de régler au fisc l'impôt correspondant. 
Les droits de 60 % s'appliqueront seulement aux 40.956 € versés à votre proche, puisque l'association, elle, est exonérée. 
Votre ami recevra 40.956 €, l'association paiera 40.956 € x 60% = 24.574 € dedroits de succession à l'État. Il lui restera 34.470 €."

• Désignez un légataire universel

- Si vous laissez vos biens (par exemple, votre maison) à différentes personnes par testament, l’accord de chacune d’elles sera nécessaire pour la totalité des décisions à prendre pour régler la succession (vendre un bien, partager le patrimoine, etc.). Un vrai casse-tête pour le notaire!

- Pour simplifier les démarches, il est beaucoup plus efficace de désigner un légataire universel. "C'est lui qui recevra les biens et qui devra remettre sa part à chacune des autres personnes que vous avez désignées, souligne Me Bonduelle. Ce légataire universel prendra seul les décisions qui s’imposent."
Repost 0
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 15:42
Le cholestérol du jaune d'œuf aurait quasiment les mêmes effets délétères sur les vaisseaux que la fumée de cigarette, d'après une récente étude canadienne.

 

Riche en en oméga-3, en vitamines et en antioxydants, le jaune d'œuf aurait tout du bon élève nutritionnel, si ce n'était son apport particulièrement élevé de cholestérol. De nombreuses recherches menées ces dernières années ont conduit à relativiser la répercussion du cholestérol apporté par l'alimentation sur les taux retrouvés dans le sang (le foie en produisant la plus grande partie). Mais le débat n'est pas clos et une étude canadienne parue récemment dans la revue Atherosclerosis le relance même avec un argument choc: le jaune d'œuf serait pratiquement aussi mauvais pour les artères que la cigarette.

Au lieu de mesurer le taux de cholestérol dans le sang, le Dr David Spence et son équipe de l'université Western Ontario (Canada) se sont intéressés aux conséquences directes d'un excès de cette graisse dans l'organisme, c'est-à-dire la formation de plaques d'athérome (du grec athêrôma qui signifie «bouillie»). Ces amas de graisses et de cellules qui obstruent progressivement les artères peuvent se décrocher et bloquer la circulation, déclenchant uninfarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral (AVC). Les chercheurs ont donc mesuré par échographie la formation de ces plaques graisseuses dans l'artère carotide (qui irrigue le cou) de plus de 1200 patients canadiens, âgés en moyenne de 61 ans. Outre leur consommation hebdomadaire de jaunes d'œufs, les participants ont également indiqué leur consommation de cigarettes.

Accélération à partir de 40 ans

Les scientifiques ont pu observer que la formation des plaques s'accélérait nettement à partir de 40 ans chez les sujets mettant régulièrement des jaunes d'œufs à leur menu, en particulier chez ceux qui en consommaient plus de trois fois par semaine. Plus frappant encore, cette détérioration des vaisseaux représentait les deux tiers de celle due au tabac, dont la nocivité sur le cœur et la circulation n'est plus à démontrer. Les résultats suivaient cette tendance quel que soit l'âge, la tension, l'IMC (indice de masse corporelle) ou le diabète éventuel des sujets.

Certes, d'autres facteurs ont pu intervenir, comme le niveau d'activité physique des participants (non mesuré dans l'étude). Ce qui n'empêche pas le Dr Spence, spécialiste de la prévention des AVC, de prévenir certaines personnes plus concernées (ayant déjà des taux de cholestérol élevé par exemple) qui devraient consommer les jaunes d'œufs «en prenant en compte leur risque cardiovasculaire global, leur prédisposition génétique aux crises cardiaques et leurs habitudes alimentaires», conseille-t-il.

En France, il est recommandé aux patients à la santé artérielle menacée de ne pas dépasser deux à trois œufs par semaine, et de limiter leur apport journalier de cholestérol à 300 mg. Or, si le jaune d'œuf en contient environ 200 mg, de nombreux plats préparés en sont autant de sources cachées: des pâtisseries aux sauces en passant par les quiches et les poissons panés. Une raison supplémentaire pour décrypter les étiquettes avec attention.

Par figaro iconRomy Raffin - le 14/08/2012

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/08/14/18794-jaune-doeuf-aussi-nocif-que-tabac-pour-arteres


 

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 15:19

 

Regarder ses films sur ordinateur

 
Par Notretemps avec les Editions First le 17/01/12
Vous avez filmé les premiers pas de votre petit-fils avec votre appareil photo numérique ? Vous avez étrenné votre nouveau camescope en prenant sur le vif votre chien taquinant une pantoufle ? Revivez ces scènes sur votre ordinateur !

1) Transfèrer le film sur votre ordinateur,

Si vous l’avez réalisé avec votre appareil photo numérique (APN), effectuez un simple copier-coller dans la bibliothèque Vidéos.

Si vous avez utilisé un caméscope, branchez-le sur la prise adaptée de votre ordinateur (USB, HDMI ou Fireworks, selon ce qu’indique le manuel de l’appareil), puis lancez le transfert via le logiciel fourni avec votre caméscope.

 

2) Visionner le film

Double-cliquez dessus dans l’Explorateur de Windows, et le programme adapté démarrera aussitôt la diffusion. Enfin… si votre ordinateur est bien équipé!

En principe, les logiciels tels que Windows Media Player, QuickTime et, le cas échéant le programme fourni avec votre caméscope, suffiront.

Dans le cas contraire, notamment pour les vidéos en HD, vous pouvez utiliser VLC Media Player ou AVCHD 
Editor. Ces deux logiciels sont gratuits, et vous pouvez les télécharger à cette adresse: www.01net.com/telecharger.

 

3) Résoudre facilement les problèmes de lecture

Si les images des vidéos apparaissent saccadées ou si le son est mauvais, par exemple, rien n’est perdu!

Les différentes astuces à appliquer:

 Réduisez la taille de la fenêtre qui diffuse la vidéo (bannissez le plein écran).

 Mettez à jour votre programme : téléchargez la version la plus récente du logiciel que vous utilisez pour lire votre vidéo .

 Essayez de lire la vidéo dans un autre programme.

• Installez le plus de codecs possible sur votre ordinateur : récupérez simplement le pack gratuit K-Lite Codec Pack sur un site comme www.01net.com/telecharger et installez-le.


Qu'est-ce qu'un Codec?

Abréviation de COdeur/DÉCodeur, le codec est un petit logiciel permettant d’encoder/décoder (ou compresser/décompresser) des fichiers multimédias, notamment vidéo.

http://www.notretemps.com/internet-facile/photos-videos-sur-ordinateur/2415-regarder-des-videos/10008418-regarder-visionner-films-ordinateur/2-resolvez-facilement-les-problemes-de-lecture-.html?xtor=EPR-133-%5Bnews+edito+-+-12-08-12%5D


 


 

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans INFORMATIQUE
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 15:03

Vous partez bientôt en vacances dans un pays de l’Espace économique européen (pays de l’Union européenne, Islande, Liechtenstein et Norvège) ou en Suisse et vous vous posez des questions sur la prise en charge des soins médicaux lors de votre séjour ? Pour attester de vos droits à l’assurance maladie dans ces 31 pays européens, vous devez demander votre carte européenne d’assurance maladie (CEAM).

La carte permet d’accéder aux professionnels de santé et aux services hospitaliers du pays visité, sans démarche préalable, dans les mêmes conditions que les assurés locaux. Pour l’obtenir, il est nécessaire d’effectuer votre demande auprès de votre caisse d’assurance maladie (au guichet, par courrier, par téléphone ou en ligne) au moins 3 semaines avant votre départ de France. La CEAM étant une carte individuelle et nominative, une demande doit être présentée pour chacun des membres de la famille, y compris pour les enfants de moins de 16 ans. Gratuite, la CEAM est valable 1 an. En cas d’urgence ou de demande trop tardive, un certificat provisoire de remplacement valable 3 mois peut vous être remis.

Par ailleurs, la Commission européenne propose une application mobile disponible en 24 langues présentant le mode d’emploi de cette carte dans les différents pays européens : numéros d’appels d’urgence, traitements et coûts couverts, procédure à suivre pour obtenir un remboursement et services à contacter en cas de perte de la carte.

Publié le 13.06.2012 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

http://www.service-public.fr/actualites/00952.html?xtor=EPR-140


Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 14:55

Jurisprudence

Assistantes maternelles : les règles de calcul de l’indemnité de rupture de contrat précisées

Publié le 12.06.2012 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

La question du mode de calcul de l’indemnité légale de licenciement des assistantes maternelles était en suspens depuis plusieurs années. Dans un arrêt du 31 mai 2012, la Cour de cassation a précisé que l’indemnité de licenciement due à une assistante maternelle employée par un particulier doit être calculée selon les dispositions de la convention collective nationale des assistants maternels du particulier employeur et non selon les dispositions du code du travail.

Cette convention collective prévoit en effet que le montant de l’indemnité due par un particulier à une assistante maternelle est égal à 1/120ème du total des salaires nets perçus par l’assistante maternelle pendant la durée de son contrat. Pour sa part, le code du travail fixe le montant de l’indemnité due en cas de licenciement d’un salarié à 1/5ème de mois de salaire par année d’ancienneté jusqu’à 10 ans (et à 2/15èmes par année au-delà de 10 ans).

Les assistantes maternelles sont en partie soumises aux dispositions du code du travail et en partie à celles spécifiques de la convention collective nationale. Les points du code du travail concernant les assistantes maternelles sont listés dans le code de l’action sociale et des familles (article L 423-2). Ceux relatifs au calcul de l’indemnité de licenciement ne figuraient pas dans cette liste.

 

http://www.service-public.fr/actualites/002447.html?xtor=EPR-140

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans DROIT DU TRAVAIL
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 14:10
Par Anne-Marie Le Gall le 12/05/09
Trimestres validés par erreur : serez-vous pénalisé ?
Une erreur dans un programme informatique de l'Unedic a abouti à surestimer, depuis 1984, le nombre de trimestres validés par les chômeurs. Quelle est la nature du "bug" ? Allez-vous en pâtir ?
• D'où provient l'erreur de calcul ? 


Une erreur informatique s'est produite lors de la validation de trimestres retraite pour les chômeurs, selon une information publiée ce mardi 12 mai dans le quotidien Les Echos. Résultat : un nombre de trimestres surestimé.

Un calcul trop généreux. Pour obtenir le nombre de trimestres à valider sur une année au titre du chômage, le calcul se fait selon la formule suivante : le nombre de jours de chômage indemnisés dans l'année est divisé par 50, puis le résultat est arrondi au nombre inférieur. Par exemple : pour 90 jours de chômage, le résultat est : 90/50 = 1,8. Le chiffre devant être arrondi à untrimestre.

Or, le système de calcul automatique mis en place par l'Unedic a généré des erreurs car le chiffre obtenu était arrondi au chiffre supérieur. Ainsi, dans l'exemple précédent, le 1,8 obtenu aboutissait à deux trimestres validés au lieu d'un. D'où un nombre surestimé de trimestres par rapport aux règles en vigueur. 

Quel impact financier ?

• Impact financier : 300 millions d'euros

Le problème n'est pas récent. Il perdure depuis 1984, date à laquelle une procédure d'automatisation informatique des données a été lancée, à charge pour l'Unedic de convertir les périodes de chômage en trimestres.

Cette attribution trop favorable de trimestres a bien sûr engendré des pertes pour la branche retraite. Mais, selon une source Cnav, l'impact financier cumulé sur les 25 ans est estimé à 300 millions d'euros, soit "seulement" 0,02 % des 1300 milliards versés sur la même période.

Les trimestres donnés à tort vont-ils être retirés ?

Une régularisation des données va être réalisée. Dans un communiqué en date du 12 mai, l'Assurance retraite précise que les retraites déjà liquidées ne seront pas réviséees et que les personnes nées avant 1955 seront exclues de cette mise à jour (elles garderont donc l'éventuel avantage dû à l'erreur). Ces assurés peuvent donc se réjouir ! Néanmoins, la Cnav estime que l'impact a été très faible. Ainsi, si l'on prend l'exemple des assurés partis en retraite en 2008 : sur 100 assurés seuls 0,7% sont partis en moyenne un trimestre plus tôt, et 3,0% ont eu une retraite légèrement supérieure (de 1,1% en moyenne).

Une opération de mise à jour rectificative des carrières enregistrées dans les bases de données de la Cnav va donc intervenir mais uniquement pour les personnes nées après le 1er janvier 1955. L'Assurance retraite précise que cette procédure aura un impact limité sur le montant des droits des assurés, le suivi des carrières mettant en jeu différentes opérations complexes venant compenser la correction.

Bon à savoir ! Si vous êtes né après le 1er janvier 1955 et avez connu des périodes de chômage depuis 1984, vous pouvez consulter votre relevé de carrière à partir du site de la Cnav (www.retraite.cnav.fr) pour vérifier le nombre de trimestres acquis pendant ces périodes. Vous pouvez contacter votre Caisse de retraite pour obtenir davantage de précisions.

http://www.notretemps.com/depart-en-retraite/2373452-trimestres-valides-par-erreur-serez-vous-penalise-/2--les-trimestres-donnes-a-tort-vont-ils-etre-retires-.html

 

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans DEMANDEURS D'EMPLOI
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 14:06
Par Anne Marie Le Gall le 14/06/12
RSA et chômage comptent-ils pour la retraite?

J’ai 52 ans et je suis au RSA (revenu minimum de solidarité) depuis 5 ans. Est-ce que cette période va être prise en compte pour le calcul de ma retraite?







La réponse est non. Les personnes qui, au cours de leur vie, ont perçu le RSA (ex RMI) ne peuvent pas faire valider ces périodes au titre de l’assurance vieillesse. Ces dernières ne permettent pas d’obtenir des trimestres contrairement aux périodes de chômage qui peuvent, sous certaines conditions, être prises en compte. Il faut alors distinguer les périodes indemnisées et celles qui ne l’ont pas été.

• Périodes de chômage indemnisé. Vous ne cotisez pas pour ces périodes, mais elles vous ouvrent droit à la validation de trimestres (au maximum 4 par an). La règle est la suivante: 50 jours de chômage indemnisé valident untrimestre pour la retraite.

• Périodes de chômage non indemnisé. Les périodes de chômage non indemnisé antérieures au 01/01/1980 valident des trimestres (au maximum 4 par an). Après cette date, certaines conditions doivent être remplies. Deux situations sont à distinguer:
- vous avez cessé d’être indemnisé. Votre chômage validera des trimestres dans la limite d’une année (ou de 5 années si vous avez au moins 55 ans et si vous avez cotisé pendant au moins 20 ans).
- vous n‘avez jamais été indemnisé. Votre chômage validera des trimestres dans la limite d’une année. 
Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans RETRAITE - PERSONNES AGEES
commenter cet article