Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 14:03
Par Anne Marie Le Gall le 23/05/12
Arrêt maladie et retraite: ce qui compte

J’ai eu de longues périodes d’arrêt maladie pendant ma carrière. Comptent-elles pour ma retraite?  







Les périodes d’arrêt maladie pour lesquelles vous avez perçu des indemnités journalières, vous permettent de valider des trimestres assimilésà des périodes d’assurance vieillesse.

Un trimestre est validé pour 60 jours d’indemnisation par l’assurance maladie. Pour les années où vous avez été malade, votre Caisse de retraite va compter le nombre de jours où vous avez été indemnisé puis diviser le résultat par 60 pour obtenir le nombre de trimestres validés

Exemple
120 jours donnent droit à 2 trimestres. Il est toutefois impossible de retenir plus de 4 trimestres pour une même année civile. Par conséquent, les arrêts maladie pénalisent peu les assurés en matière d’acquisition de trimestres.En revanche, ces interruptions de travail répétées peuvent faire baisser le montant de votre retraite. 
Pourquoi? Parce que le montant des indemnités versé par l’Assurance maladie pendant vos arrêts de travail n’est pas pris en compte dans votre salaire annuel de base (à partir duquel est calculé votre pension de retraite).

En revanche, si votre employeur a complété cette indemnisation, cette part de salaire est, quant à elle, retenue
Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 13:55

Le cœur est un muscle qui pompe le sang riche en oxygène pour le distribuer dans tout le corps par l'intermédiaire des veines et des artères. Ce que nous appelons communément "tension artérielle" correspond en réalité à la mesure prise lorsque le ventricule gauche du cœur se contracte et que le sang est projeté vers les artères.

Tout au long de son cheminement à travers le cœur, le sang exerce une pression sur les parois artérielles. C'est pourquoi on parle de "tension" ou de "pression" artérielle. La tension artérielle permet d'évaluer la force et la quantité de sang pompée par le cœur, ainsi que la souplesse et l'état général des artères.

La tension artérielle se compose de deux éléments : la pression systolique qui est enregistrée lorsque la tension artérielle est à son maximum au cours de la contraction du ventricule gauche et la pression diastolique, qui est mesurée lorsque la tension sanguine est à son minimum, lorsque le cœur est au repos entre deux battements.

La tension artérielle est donc le rapport de ces deux mesures (rapport de la pression systolique sur la pression diastolique). Une tension anormalement élevée sera appelée hypertension ou hypertension artérielle. On diagnostique en général une hypertension lorsque la pression systolique est supérieure à 140 mmHg et la pression diastolique supérieure à 90 mmHg au cours de trois mesures distinctes.

L'hypertension est liée à un grand nombre de pathologies (l'athérosclérose, l'insuffisance cardiaque, l'accident vasculaire cérébral, l'infarctus du myocarde ou encore des atteintes rénales, pour n'en citer que quelques-unes). En l'absence de traitement, l'hypertension peut être à l'origine de graves lésions cardiaques et des vaisseaux sanguins. L'aspect positif des patients dits "hypertendus" est qu'ils peuvent généralement contrôler leur maladie grâce à des traitements spécifiques et à une amélioration de leur régime alimentaire et de leur mode de vie.

 

video disponible en suivant le lien suivant : 

http://www.atlasducorpshumain.fr/coeur-et-vaisseaux/238-pression-arterielle.html


Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 13:52
Par Florence Daine le 18/08/10
Que manger pour faire baisser la tension?

Perte de poids, cholestérol, diabète, hypertension… Florence Daine, diététicienne, répond à vos questions en matière d'alimentation et de santé.

• Les aliments conseillés



Ce sont les aliments riches :

- en potassium et polyphénols (fruits et légumes),
- en calcium (lait et laitages, plutôt que fromages salés),
- en omégas 3 (huiles de colza et de noix),
- en magnésium (produits céréaliers complets)
- et les poissons gras (thon, saumon, hareng, sardine, maquereau, idéalement deux fois par semaine).

En revanche, le sel (charcuteries, soupes, sauces du commerce, conserves),l'alcool et le café sont à surveiller.

Enfin, l'activité physique régulière contribue à normaliser la tension.
Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 13:49

Les reins, au nombre de deux, sont de petits organes en forme de haricot. Ils sont situés vers l'arrière du torse, derrière les côtes inférieures.

La principale fonction des reins est de filtrer le sang afin d'en éliminer les déchets. Les déchets sont expulsés des reins sous la forme d'urine qui emprunte des conduits reliés à la vessie dénommés uretères.

Des concrétions ou des cristaux, dénommés calculs rénaux ou calculs néphrétiques, se forment parfois dans un rein. Elles résultent d'une combinaison de calcium, d'acide urique et d'autres substances présentes dans l'urine. De nombreuses personnes évacuent les petits calculs rénaux sans aucun symptôme, mais les calculs plus gros peuvent être très douloureux lorsqu'ils se déplacent dans l'uretère, pour atteindre la vessie et sortir du corps.

Un changement de régime alimentaire contribue à réduire le facteur de risque de calculs rénaux. Il est conseillé pour les patients à risque de consulter un médecin à des fins de traitement et de prévention des calculs rénaux.

 

pour voir la vidéo : cliquez sur le lien suivant ou inscrivez-le dans la barre d'adresse

 

http://www.atlasducorpshumain.fr/abdomen/35-fonction-renale.html?xtor=EPR-133-%5Bnews+edito+-+22-07-12%5D

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 13:32

Vous êtes engagé en Contrat de travail à Durée Déterminée (CDD) et souhaitez rompre votre contrat avant le terme de celui-ci. Devez-vous respecter un préavis ? Percevrez-vous la prime de précarité ? Voici 5 règles à connaître avant de formaliser la rupture.


1. Vous pouvez rompre votre CDD pour signer un CDI


Vous pouvez rompre votre CDD à la condition de prouver que vous avez signé un CDI dans une autre entreprise. Une lettre d'engagement comportant une date d'embauche ou un contrat de travail peuvent constituer des preuves, si le caractère indéterminé du contrat y figure.

Vous devrez également respecter un préavis vis-à-vis de votre employeur.

La durée du préavis est variable suivant que votre contrat est à terme précis ou sans terme précis. Votre contrat est sans terme précis quand il prévoit que la fin du CDD dépendra de la survenance d'un évènement dont la date est incertaine au jour de la signature du CDD (par exemple, CDD pour remplacement d’un salarié en congé maternité).

Le préavis est calculé à raison d’un jour par semaine compte tenu :

- de la durée totale du contrat, renouvellement inclus, lorsque votre contrat comporte un terme précis ;

- de la durée effectuée lorsque votre contrat ne comporte pas de terme précis.

 
En tout état de cause, le préavis ne peut excéder deux semaines.


Si vous n'effectuez pas ce préavis, l'employeur est en droit de vous demander des dommages et intérêts pour réparer le préjudice causé par votre départ brutal.

 
2. Vous pouvez rompre votre CDD d'un commun accord avec votre employeur


La rupture anticipée du contrat par accord de l'employeur et du salarié doit faire l'objet d'un écrit. Cette rupture doit être claire et non équivoque (1).

 
Ainsi, si vous reprochez à l'employeur des manquements à ses obligations contractuelles et lui imputez la rupture du CDD, cette rupture ne caractérisera pas une rupture d'un commun accord.

Si votre employeur veut que vous assuriez votre contrat jusqu'à son terme, vous êtes obligé de le faire.

Si vous rompez votre CDD avant son terme, sans l'accord de l'employeur, vous pourrez être condamné à verser des dommages et intérêts à celui-ci.

A savoir : Dans l’hypothèse où vous souhaitez imputer la rupture de votre CDD à votre employeur, vous pouvez demander la résiliation judiciaire de votre contrat ou prendre acte de la rupture pour manquement de votre employeur à ses obligations. Il incombera alors au juge de vérifier si les faits invoqués sont ou non constitutifs d’une faute grave (2).

Attention : En dehors des deux cas précités, la rupture du CDD ne peut intervenir avant l’échéance du terme qu’en cas d’inaptitude, de faute grave ou de force majeure.

3. Une rupture anticipée du CDD en dehors des cas autorisés peut être sanctionnée 


En dehors des hypothèses précédemment évoquées, la rupture anticipée du CDD à votre initiative ouvre droit pour l'employeur à des dommages et intérêts dont le montant sera fixé par le juge en fonction du préjudice subi.


4. L'indemnité de fin de contrat n'est pas versée

 
L'indemnité de fin de contrat vise à indemniser la précarité résultant de la durée déterminée du contrat. Elle ne vous sera pas versée si votre contrat est rompu de façon anticipée, dans les cas suivants :

- lorsque vous avez trouvé un CDI ;

- si vous commettez une faute grave ;

- en cas de force majeure.

A l’inverse, vous pourrez bénéficier de l’indemnité de fin de contrat de 10% lorsque le CDD est rompu de manière anticipée :

- pour inaptitude ;

- d’un commun accord avec votre employeur (sauf si vous en avez convenu autrement avec votre employeur)

A noter : si votre CDD est rompu par anticipation en cas d’inaptitude, vous bénéficiez également d’une indemnité de rupture dont le montant est au moins égal à celui de l’indemnité de licenciement. L’indemnité est doublée lorsque l’inaptitude est d’origine professionnelle.

5. Les indemnités de congés payés restent dues


L'indemnité compensatrice de congés payés vous reste due même lorsque vous êtes à l'initiative de la rupture anticipée du CDD.

Références : Articles L. 1226-4-3L. 1226-20, et L.1243-1 et suivants du Code du travail ;

(1) Arrêt de la Chambre sociale de la Cour de cassation du 21 mars 1996. N° de pourvoi : 93-40192 ;

(2) Arrêt de la Chambre sociale de la Cour de cassation du 13 octobre 2011. N° de pourvoi : 10-10530.

 

RST vous recommande la lecture régulière de JURITRAVAIL

http://www.juritravail.com/Actualite/signer-cdd/Id/11735/?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=nl_sal_379

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans DROIT DU TRAVAIL
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 13:27

Vous souhaitez embaucher un salarié. Vous allez procéder au choix du candidat notamment par l'entretien de recrutement. Nous vous indiquons quels sont vos droits et devoirs en matière de recrutement.

 

1. Informer le salarié au préalable

Vous êtes tenu d'informer le candidat de tous les dispositifs que vous utilisez à son égard afin de procéder à son recrutement (1). Aucune information concernant la vie personnelle d'un candidat ne peut être collectée par un dispositif qui n'a pas été préalablement porté à sa connaissance (2).

Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le comité d'entreprise est informé et consulté de toutes les méthodes et techniques d'aide au recrutement, ainsi que de leurs modifications (3).

La Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL) doit être informée en cas d'utilisation de dispositifs qui permettent de recueillir des données personnelles par traitement automatisé (4).

Ces données à caractère personnel ne doivent pas faire apparaître, directement ou indirectement, certains critères tels que la race, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses, les appartenances syndicales...

 

2.  Choisir des questions pertinentes

Pertinence des questions et méthodes. Vous ne pouvez poser au candidat uniquement des questions en lien direct et nécessaire avec l'emploi proposé. En effet, vos questions ne peuvent avoir comme finalité que d'apprécier la capacité du candidat à occuper l'emploi proposé ou ses aptitudes professionnelles (5). Ainsi, il est interdit de poser des questions sur la vie privée du candidat (orientation sexuelle, choix politique, situation familiale ...), sauf si ces questions sont en lien direct et nécessaire avec l'emploi proposé.

Vous ne pouvez exiger du candidat qu'il vous fournisse ses anciens bulletins de paie, en revanche vous pouvez lui demander ses certificats de travail. Vous êtes également en droit de demander au candidat s’il est tenu par une clause de non-concurrence envers son ancien employeur.

Toutes les méthodes de recrutement doivent être pertinentes au regard des finalités poursuivies.

Ainsi, certains tests de recrutement ne sont pas pertinents au regard des finalités poursuivies, par exemple le test relatif à l'astrologie ou à la numérologie (6).

En revanche, certains tests sont pertinents tels les tests psychotechniques qui permettent d'évaluer les aptitudes cognitives (notamment la logique du candidat), les tests professionnels avec la mise en situation professionnelle ou encore le jeu de rôle.

 

3. Interdiction des discriminations.

Il est interdit de se baser sur un critère discriminatoire (sexe, âge, religion, race...) pour valider un recrutement (7).

Vous ne pouvez pas prendre en compte l'état de grossesse d'une femme (8), sa situation familiale ou son sexe pour refuser l'embauche, sauf si le sexe est une condition déterminante pour l'exercice de cet emploi.

La discrimination peut être punie d’une amende allant jusqu'à 45000 euros et de 3 ans d'emprisonnement (9).

Une femme candidate à un emploi est en droit de vous cacher son état de grossesse (10). Vous ne pourrez pas, après l’embauche, la sanctionner ou la licencier sur ce fondement.

Dans les entreprises de 50 salariés et plus, les candidats peuvent vous envoyer des CV anonymes (11).

 

(1) Article L. 1221-8 du Code du travail

(2) Article L. 1221-9 du Code du travail

(3) Article L. 2323-32 du Code du travail.

(4) Article 7 de la loi numéro 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés. Modifié par la loi numéro 2004-801 du 6 août 2004.

(5) Article L. 1221-6 du Code du travail.

(6) Réponse Ministérielle, JOAN Q du 16 septembre 1996

(7) Article L. 1132-1 du Code du travail

(8) Article L. 1225-1 du Code du travail

(9) Article 225-2 du Code pénal.

(10) Article L. 1225-2 du Code du travail

(11) Article L. 1221-7 du Code du travail

RST vous recommande la lecture régulière de JURITRAVAIL

http://www.juritravail.com/Actualite/connaitre-vos-obligations-matiere-discrimination/Id/17321/?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=nl_emp_230

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans DROIT DU TRAVAIL
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 13:10
Par Bertrand Puyperoux - Février 2007 le 06/02/07
Ordinateur : faites-vous aider par un ami
Un logiciel qui refuse de fonctionner ? Un ordinateur qui marche mal ? Désormais, vous n'êtes plus obligé d'attendre la visite de votre ami champion d'informatique… Il peut vous dépanner à distance.
• Confiez les clés de votre ordinateur 

Il est possible de réparer certains petits problèmes informatiques à distance. Pour cela, un ami peut prendre le contrôle de votre ordinateur même s'il n'est pas à vos côtés. 

• Pas à pas, comment faire 

Voici les différentes étapes pour installer le logiciel qui permettra à votre ami de prendre le contrôle de votre ordinateur. 

• Ce que doit faire votre ami 

Une fois l'installation réalisée sur votre ordinateur, votre ami doit effectuer quelques tâches simples pour prendre en main votre ordinateur. 

Un problème que vous n'arrivez pas à résoudre seul

Vous êtes coincé, vous ne savez pas comment faire fonctionner une application… ou ce logiciel qui marchait bien refuse maintenant de démarrer après une mise à jour. Ah ! Si votre ami qui s'y connaît tant en informatique était à vos côtés ! 
En 5 minutes, il aurait réglé le problème ! Et il vous montrerait comment vous en sortir la prochaine fois. 

• Pilotage à distance 

Désormais, il est possible de faire piloter son PC et en afficher le contenu… à distance ! 
Imaginez : vous appelez votre ami, vous lui expliquez le problème. Vous lui donnez les codes de votre ordinateur, et, sans bouger de chez lui, il va pouvoir visualiser votre écran, utiliser la souris et le clavier… 
Et vous montrer la procédure à suivre, car vous n'en perdrez pas une miette ! 

• Que faut-il pour cela ?

Votre ordinateur doit pouvoir démarrer normalement : pas de dépannage à distance si Windows ne s'affiche pas ! 
De même, vous devez pouvoir vous connecter à Internet, de préférence en haut débit mais un modem classique peut faire l'affaire. 
Il vous faudra configurer un petit programme, un "serveur de contrôle à distance", et le faire accepter par votre pare-feu.
Votre ami, lui, doit utiliser un logiciel " client " compatible. 
Et vous devrez échanger, par téléphone ou par e-mail, quelques petites informations de connexion. 

• C'est compliqué ? 

Pas forcément. Cela dépend : 
- de la solution utilisée, 
- du niveau de sécurité, 
- de le rapidité désirée. 
Windows XP intègre un outil censé faciliter la chose pour tous les ordinateurs qui en sont équipés, appelé "assistance à distance", mais, dans la pratique, il n'est pas simple d'emploi dès que le moindre problème se présente… ce qui est le comble pour un logiciel d'aide au dépannage ! 
L'expérience montre que la famille des logiciels VNC est de loin la plus facile à mettre en œuvre et la plus compatible.

Comment faire piloter son ordinateur à distance ? Explications pas à pas

 

VNC et consorts

La famille des logiciels VNC permet la prise de contrôle à distance d'un ordinateur par un autre, qu'il s'agisse de Windows, Macintosh, Linux, etc…
Nous détaillons ici la procédure pour UltraVNC,choisi parce qu'il est en français, simple à mettre en œuvre, et doté de nombreuses options. En outre, il fonctionne à merveille sous Windows.

• L'installation 

Téléchargez d'abord UltraVNC, sur ultravnc.fr
Enregistrez ce fichier sur votre disque dur puis lancez-le.Comme pour toute installation, il faut accepter la licence d'exploitation.
Sur les écrans suivants, laissez les options cochées par défaut et appuyez simplement sur lebouton"suivant", jusqu'à l'écran marqué "Terminer".
Votre ami expérimenté devra faire de même.

• Chez vous : la configuration du serveur

Dans le menu Démarrer, Tous les programmes, allez à "UltraVnc", et cliquez sur "Serveur". La première fois que vous le lancez, l'écran suivant apparaît :

alt


Nous vous recommandons de laisser tous les paramètres inchangés,hormis la case "Ports", que vous cocherez en laissant la valeur par défaut 5900.
Mais si votre ami vous recommande d'autres paramètres,suivez bien ses instructions.
N'oubliez pas de renseigner le champ "mot de passe", et de communiquer celui-ci à votre ami. Puis, validez en cliquant sur "OK".
Une icône représentant un œil sur fond bleu apparaît dans la "zone de notification"de la barre des tâches, en général tout en bas à droite de votre écran.

alt


Pointez le curseur de la souris dessus (sans cliquer), et notez bien la série de chiffres qui apparaît. C'est votre numéro IP, qu'il faut aussi soigneusement communiquer à votre ami.
Attention : ce numéro peut changer à chaque nouvelle connexion à l'Internet,il faudra donc le redonner à la prochaine session…

Voici maintenant l'étape la plus délicate : ouvrir, dans votre pare-feu, le port utilisé par UltraVnc.
Si vous utilisez celui de Windows XP-SP2, allez dans le menu Démarrer, Panneau de configuration, Pare-feu Windows. Choisissez l'onglet "Exceptions", le bouton "Ajouter un port".
Dans la nouvelle fenêtre, tapez "UltraVNC" dans "nom", et rentrez, dans le champ "Numéro du port", la valeur 5900, ou la valeur que vous avez déclarée plus haut. Validez.
alt



Maintenant, c'est à votre ami de faire une partie du travail pour prendre en main votre ordinateur

Chez l'ami qui vous assiste : la configuration du "client"

Dans le menu Démarrer, allez à "UltraVNC", et cliquez sur "Client".
Dans la fenêtre qui s'ouvre, une seule chose est nécessaire :Insérer le numéro d'IP de l'ami que vous allez aider dans le champ "ServeurVNC", et appuyer sur lebouton"Connexion".
Si votre ami vous a communiqué une longue série de chiffres espacée par des points et aussi des virgules, c'est qu'il a plusieurs adresses IP. Ne rentrez que les séries entre les virgules (4 nombres séparés par des points), et, si cela ne fonctionne pas, passez à la série suivante.

alt  


• La navigation 

Si la connexion est bonne, vous voyez une nouvelle fenêtre vous demandant le mot de passe. Tapez celui communiqué par votre ami.
Vous voyez alors apparaître son écran,et vous pouvez naviguer sur son ordinateur comme si vous étiez assis devant… à la vitesse d'affichage près, qui dépend de la connexion Internet la moins rapide des deux !
La personne aidée peut toujours utiliser sa souris et son clavier.Alors, évitez de tapez tous en même temps…

http://www.notretemps.com/internet-facile/2294252-ordinateur-faites-vous-aider-par-un-ami/3-chez-lami-qui-vous-assiste-la-configuration-du-client.html

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans INFORMATIQUE
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 13:07
Par Nicolas Six le 13/09/11
Effacer un logiciel inutile pour faire de la place dans votre ordinateur

Faites la chasse aux programmes inutiles et gagnez en rapidité !

Supprimez les logiciels que vous n'utilisez pas : ils ralentissent l'ordinateur et consomment de la mémoire. 

Cliquez sur le menu Démarrer, puis sur Panneau de configuration. Selon les versions de Windows, pressez Programmes, ou Programmes et fonctionnalités, ou Suppression de programmes.

Double cliquez sur le logiciel que vous souhaitez éliminer.
Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans INFORMATIQUE
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 12:52
Par Alain Guillemoles (La Croix) le 25/07/12
Assurances: une partie des bénéfices restituée aux détenteurs de crédits
Toute personne ayant souscrit un prêt à la consommation ou au logement entre 1994 et 2007 est fondée à demander la restitution d'une partie de ses frais d'assurance. C'est ce qu'a confirmé le Conseil d'État à l'issue d'une procédure engagée par l'Union fédérale des consommateurs (UFC).
Une décision du Conseil d'État pourrait coûter cher aux compagnies d'assurances. Elle les oblige à restituer une partie de leurs bénéfices à tous les détenteurs de crédits au logement ou à la consommation, de 1994 à 2007. Cela représente un total de 16 milliards d'euros pour la période concernée. Une part de ce montant doit revenir aux souscripteurs, a tranché lundi le Conseil d'État. "C'est une victoire majeure: cela confirme ce que nous disions depuis 2007", se réjouit Cédric Musso de l'UFC-Que choisir.

Une partie des bénéfices reversée aux assurés

L'association est à l'origine d'une procédure engagée en 2007. Elle s'appuie sur un article du code des assurances (L 331-3) qui stipule que les assurances "doivent faire participer les assurés aux bénéfices qu'elles réalisent". En clair, les assurances collectent plus d'argent que nécessaire et ces sommes servent à anticiper une éventuelle augmentation du nombre de sinistres.

Si cette hausse n'a pas lieu, elles doivent restituer aux assurés une partie de l'argent collecté. Quelle part? Cela est fixé par un arrêté. Ce sont les arrêtés de 1994 et 1995, fixant les modalités de la restitution, qui ont été annulés lundi par le Conseil d'État. Ils avaient permis aux assurances de conserver ces fonds additionnels, dits "frais techniques et financiers" ou de les reverser aux banques.

De quelques centaines à plusieurs milliers d'euros 

Selon l'UFC, ces "frais techniques et financiers" ont représenté 11,5 milliards pour les prêts immobiliers et 4,5 milliards pour les prêts à la consommation. "Le calcul des montants qui devraient être restitués aux consommateurs n'est pas simple. Nous sommes en train de réfléchir pour mettre en place un système incontestable et permettre de garantir aux consommateurs de pouvoir se faire rembourser", explique Cédric Musso. 

Les consommateurs ont une durée légale de deux ans, à compter du lundi 23 juillet, pour faire valoir leurs droits. Le montant concerné peut aller de quelques centaines à plusieurs milliers d'euros. Faute de possibilité, pour les consommateurs, de conduire une action de groupe, ils doivent s'adresser individuellement, par lettre recommandée, à la compagnie d'assurances qui a garanti leur prêt. La Fédération des sociétés d'assurances, de son côté, n'avait hier soir pas encore réagi à cette décision du Conseil d'État.

Article paru dans La Croix le 25/07/2012.
Repost 0
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 12:49
Par Anne Marie Le Gall le 25/07/12
Retraite de base et complémentaire: une seule démarche
Depuis le 9 juillet 2012, les Caisses de retraite de base et les Caisses complémentaires se signalent mutuellement les dépôts de demande de retraite. Cette meilleure coordination évite tout oubli dans les démarches.
Vous souhaitez prendre prochainement votre retraite? Si vous êtes salarié, vous devez demander le versement de votre pension auprès de votre Caisse d’assurance retraite (régime de base), mais aussi auprès de votre Caisse complémentaire Arrco/Agirc. Pour percevoir toutes vos retraites, une double démarche est donc nécessaire. Mais pas d’inquiétude ! Désormais, vous ne risquez pas de passer à côté de l’une ou l’autre de ces formalités.

Des démarches très simplifiées 

Depuis le 9 juillet dernier, la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) et les caisses des régimes Arrco et Agirc se signalent entre elles les dépôts de demande de retraite, à condition que vous donniez votre accord préalable (case à cocher dans le formulaire de demande de retraite). Ainsi, le régime que vous n’avez pas encore sollicité peut prendre contact avec vous pour effectuer les démarches le concernant. Il n’y a donc pas de risque qu’un assuré demande sa retraite de base, mais oublie de solliciter saretraite complémentaire ou vice versa. 

Autre avantage: la date de réception de la demande de retraite auprès d'un des régimes peut être retenue pour fixer la date d'effet de la pension pour l'autre régime.

Important! Pour l’instant, ces signalements ne visent que les demandes de retraite personnelle (et non les pensions de réversion) et les assurés résidant en France métropolitaine.

Retraite de base, les démarches

Pour percevoir votre retraite de base, il est recommandé de faire votre demande quatre mois avant la date que vous choisissez comme point de départ de votre retraite. Vous pouvez effectuer cette démarche en ligne sur le site de l’Assurance retraite.

Si vous préférez envoyer votre demande par courrier (ou la déposer dans un point accueil retraite), vous pouvez télécharger le formulaire à remplir sur ce site.

Bon à savoir! En précisant le numéro de votre département, vous trouverez les coordonnées de la Caisse de retraite dont vous dépendez sur le site de l'Assurance retraite

Retraite complémentaire, les démarches

Pour percevoir votre retraite complémentaire Arrco/Agirc, il est également conseillé de faire votre demande environ quatre mois avant votre départ.Comment s’y prendre? Vous pouvez effectuer cette démarche en ligne sur le site  Arrco/Agirc. 

Mais vous pouvez également appeler un conseiller retraite en composant le 0 820 200 189 (0,09 €/minute depuis un poste fixe) ou contacter votre Caisse de retraite Arrco ou votre caisse Agirc si vous êtes cadre en fin de carrière. 
Consultez le site Arrco/Agirc pour en savoir plus. 
Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans RETRAITE - PERSONNES AGEES
commenter cet article