Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 21:58

Les parcs zoologiques participent à des programmes de recherche dont les résultats font progresser les connaissances sur les espèces animales et profitent à leur conservation.

 

Les thèmes de recherche développés dans les parcs zoologiques du Muséum s'inscrivent essentiellement dans le cadre de la biologie de la conservation et dans le domaine vétérinaire. Ils touchent à de nombreuses disciplines.


Par exemple, les recherches en taxonomie et génétique des populations sont importantes pour parvenir à maintenir la variabilité génétique des populations captives au fil du temps et préserver leurs facultés d’adaptation à leur environnement.

 

Au-delà de l’inné, il est également essentiel de garantir le maintien, au fil des générations, des comportements culturellement transmis. Un champ d'action étroitement associé aux recherches appliquées à l’amélioration du bien-être animal.

 

Maintenir une espèce en captivité suppose aussi des recherches en physiologie de la reproduction ainsi que l’acquisition de connaissances en biologie du comportement. Il est également important de travailler sur les techniques de reproduction assistée, particulièrement concernant les espèces à faibles effectifs. En complément, des recherches en cryogénie (préservation par le froid) des gamètes et des embryons sont nécessaires.

 

Un autre volet important des recherches développées dans les parcs zoologiques concerne les sciences vétérinaires et en particulier l’alimentation, les pathologies et l’épidémiologie.

 

Les recherches fondamentales en biologie évolutive et en éthologie (étude du comportement des espèces animales) ne sont pas en reste. En effet, la gestion des élevages peut bénéficier de découvertes concernant la sélection sexuelle ou la compétition spermatique (compétition entre les spermatozoïdes de plusieurs mâles pour la fécondation des ovules d’une femelle).

 

Enfin, des recherches en Muséologie permettent de mieux valoriser le patrimoine des parcs zoologiques et de mieux sensibiliser les visiteurs à l’éducation à l’environnement.

 

Au cours des 9 dernières années, les travaux menés dans les parcs zoologiques du Muséum ont fait l’objet de 65 publications dans des revues scientifiques internationales, ainsi que de 87 présentations à des congrès internationaux, 16 ouvrages ou chapitres d’ouvrages, 11 thèses de doctorat d’Université, et de nombreuses thèses vétérinaires et masters.

 

http://parczoologiquedeparis.fr/le-projet/un-zoo-pour-la-biodiversite/un-lieu-de-recherche-scientifique

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans ANIMAUX
commenter cet article
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 21:56

Au début des années 80, devant l’évidence de l’érosion de la biodiversité et la destruction des milieux naturels, les responsables de parcs zoologiques ont pris conscience du rôle que pouvaient jouer leurs établissements dans la conservation des espèces animales.

 

Michel Saint Jalme, directeur de la Ménagerie du Jardin des Plantes, présente le projet de rénovation du parc zoologique de Paris, le célèbre Zoo de Vincennes.

Au cours des cinquante dernières années, les activités humaines ont profondément transformé les écosystèmes : durant toute son histoire, jamais l’Homme n’avait eu un tel impact sur son environnement, dans un intervalle de temps si court.

La conséquence directe de cette situation est l’érosion de la diversité des organismes vivants et la disparition de nombreuses espèces emblématiques.

 

Dans ce contexte, le rôle des parcs zoologiques a progressivement évolué. 

Initialement conçus comme des lieux de distraction où assouvir curiosité et soif d’exotisme, les parcs zoologiques sont devenus au fil du XXe siècle des acteurs de la conservation des espèces animales. Tout en demeurant des lieux de loisirs, ils remplissent aujourd'hui d'autres missions.

 

Les parcs zoologiques :

 

  • participent à la conservation des espèces menacées d'extinction en s’impliquant dans les programmes d’élevage en captivité et en soutenant les actions de protection in situ ;
  • offrent la possibilité à tous de mieux comprendre les grands enjeux environnementaux et le rôle que tout citoyen peut jouer ;
  • sensibilisent les visiteurs à la notion d’espace partagé - entre espèces, entre animaux et êtres humains - et au fragile équilibre des milieux naturels ;
  • contribuent à l’amélioration des connaissances sur la biodiversité et font de l’éducation à l’environnement.

 

Les premiers programmes d’élevage coordonnés ont vu le jour en 1980 en Amérique du Nord et en 1985 en Europe, avec pour objectif l’établissement de populations captives viables à long terme (100 ans), possédant un maximum de diversité génétique (90 %) afin de garantir leur potentiel adaptatif dans le cas où des réintroductions dans la nature sont possibles.

En Europe, plus de 350 programmes d'élevage plus ou moins intensifs existent. Le Parc zoologique de Paris, qui en gère déjà six, participera à 44 d’entre eux.

 

Grâce à ces programmes, les parcs zoologiques ont effectivement constitué des populations viables sur le long terme, permettant éventuellement le renforcement de populations sauvages, voire des réintroductions.

 

Le Parc zoologique de Paris rénové contribue à ce rôle primordial de conservation : les animaux présentés sont dans leur très grande majorité (voire tous, dans le cas des mammifères), nés en captivité et issus d’échanges dans le cadre de programmes d’élevage internationaux.

 

http://parczoologiquedeparis.fr/le-projet/un-zoo-pour-la-biodiversite/un-endroit-pour-montrer-et-conserver

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans ANIMAUX
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 09:07
Chat disparu ou trouvé, il faut réagir vite. Le point sur les démarches à effectuer et les adresses à connaître.

•  Disparition d'un chat

Dès que l'on constate la disparition de son chat (ou de son chien), il faut prévenir:

- la fourrière de la commune, ainsi que le refuge SPA le plus proche. 

- le commissariat de police ou la gendarmerie, ainsi que les vétérinairesdes environs.

- la Société centrale canine, si le chien est tatoué: 01 49 37 54 00 (déclaration possible sur: www.scc.asso.fr) ou le Fichier national félin si le chat est tatoué: 01 55 01 08 08.

• Un animal errant


Avant toute chose, il faut d'abord vérifier s'il est tatoué ou non.

1/ Si l'animal est tatoué: relever le tatouage, situé le plus souvent à l'intérieur d'une oreille, parfois à l'intérieur de la cuisse pour les chiens et prendre contact avec les deux organismes centralisant les tatouages (voir écran précédent). Ils identifieront le propriétaire de l'animal. 

Bon à savoir:
L'animal est peut-être non tatoué, mais porteur d'une puce électronique. Vous pouvez alors contacter un vétérinaire qui lira la puce et vous indiquera le nom du propriétaire.

2/ Si l'animal trouvé n'est pas identifié, qu'il ne porte ni médaille ni quille avec l'adresse du propriétaire, deux solutions sont envisageables:
- amener l'animal dans un refuge ou une fourrière;
- entreprendre des recherches pour tenter de retrouver le propriétaire. Si l'animal a été perdu, cela lui évitera la cage.
Dans ce cas, il faut bien observer l'animal pour pouvoir fournir une description précise à communiquer à la fourrière et/ou aux refuges de la région. Ils auront peut-être reçu un appel du propriétaire à la recherche de son compagnon.
Il faut également prévenir le commissariat de police ou la gendarmerie, ainsi que les vétérinaires des environs. 

Pour en savoir plus: www.spa.asso.fr
Par Anne Marie Le Gall le 13 juin 2012
Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans ANIMAUX
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 08:21
Biologique, écologique et charmante, la poule est peu à peu devenue la star des jardins! Quelques conseils avant d'en apprivoiser une.

Certes l’élevage des poules n’est pas vraiment une nouveauté mais, à l’évidence, en ce moment le volatile remporte tous les suffrages. 

La jolie bête à plumes répond à notre envie d’écologie. Elle pond, en moyenne, trois cents œufs par an. Elle est aussi très "bio", servant à elle toute seule d’insecticide, de recycleur de déchets et d’engrais 100% naturels! En effet, une poule picore tout naturellement les insectes, escargots et limaces, ennemis jurés des jardiniers.

Quand elle en a fini avec les petites bêtes, elle s’attaque aux restes que vous lui apportez. Épluchures de légumes, trognons de fruits… elles adorent! Une fois rassasiée, la belle fait ses besoins dans le jardin: rien de plus efficace pour enrichir la terre de vos massifs et vos jardinières.

• Quel abri pour la poule de compagnie ?

Un poulailler installé à l’abri du vent, du soleil et des fortes chaleurs fera l’affaire. Sur le sol, des copeaux de roseau et de la paille isoleront du froid. Il lui faudra aussi une mangeoire, un abreuvoir, un pondoir isolé et un perchoir sur lequel dormir.

Nettoyez le poulailler deux fois par mois. Prévoyez assez grand si vous envisagez d’offrir de la compagnie à votre poule. Eh oui, mademoiselle s’ennuie toute seule. Il lui suffit de côtoyer l’une de ses congénères pour qu’elle soit la plus heureuse des volatiles !

• Quelle poule de compagnie adopter? 

Laquelle aura votre préférence ? La pondeuse d’allure classique (environ 10€) ou la poule d’ornement (environ 50€) ? Aussi bonne pondeuse l’une que l’autre, elles ont chacune leur petit caractère.

Côté poules de luxe, nous avons l’Hollandaise Huppée, au caractère sympathique et peu farouche, ou la poule Soie, grande ou naine, avec son toucher angora, ses pattes emplumées et son allure bouffante.

 

Côté pondeuse, la Brahma fait partie des plus grandes races de gallinacés. Son allure fière, son plumage abondant et sa démarche noble peuvent impressionner alors qu’elle est plutôt sociable. Certaines de ces demoiselles très curieuses, vous suivent dans vos allées et venues. Comme la poule rousse dite aussi "fermière", vraiment attachante. D’autres, plus craintives, ne se laissent pas facilement approcher, comme la Gournay, rustique et résistante.

Où trouver des poules? 
Sur les marchés, sur le site leboncoin ou encore dans les magasins Truffaut (tél. 0 810  810 698).

Livres

Poules. Les connaître, les choisir, de Célia Lewis. Des conseils pratiques pour faire le bon choix d’une race quel que soit votre objectif. Éd. Delachaux et Niestlé, 20€.

Le fabuleux destin de l’œuf et de la poule, d'Anny Duperey. La comédienne aime les poules et s’occupe de sa basse-cour avec attention. Dans cet ouvrage, elle nous raconte comme personne la fabuleuse histoire de l’œuf et de la poule. Éd. Michel Lafon 27€.

Site internet

Sur le site les poules, vous trouverez des informations utiles pour prendre soin d'elles et leur apporter le meilleur environnement possible.

Par Marie-Laure Durand-Uberti le 26 août 2013

http://www.notretemps.com/famille/animal-de-compagnie/poule-animal-compagnie,i35297/4



Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans ANIMAUX
commenter cet article
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 19:31
Par Marie-Laure Durand-Uberti le 03 mai 2013
Comment faire garder mon animal?
Vous partez en vacances et vous ne pouvez pas emmener votre animal de compagnie? Voici trois solutions pour le confier en toute sécurité.

• En pension

Chatteries ou chenils peuvent accueillir votre animal durant votre absence. À condition de vous y prendre au moins trois mois à l’avance. 

Comment faire le bon choix? Grâce au bouche à oreille! Mais si personne de votre entourage n’a testé ce mode de garde, c'est à vous de mener l’enquête. Visitez les lieux: ils doivent être propres et ne pas sentir mauvais. Ensuite posez toutes les questions qui vous viennent à l’esprit: de quel espace l’animal dispose-t-il? Profite-t-il d’une promenade quotidienne? Avec combien de chats ou de chiens va-t-il cohabiter? Que se passe-t-il s’il tombe malade? Le personnel doit vous donner des réponses claires et précises. Si ce n’est pas le cas, fuyez! 

Le tarif: malheureusement, les pensions qui remplissent toutes les conditions nécessaires au bien-être de votre animal sont chèresLes prix varient d’une région à l’autre, mais comptez au minimum 250€ par semaine.

• À la maison

Faire garder votre animal chez vous, bien sûr, c’est l’idéal. Mais votre famille et vos amis ne sont pas toujours disponibles pour vous rendre ce service.

Comment trouver la perle rare? En contactant une société comme Ani-senior-services, recommandée par 30 Millions d'amis. Celle-ci vous permet de partir sereinement, que ce soit pour un week-end ou plusieurs semaines…Comment? En vous mettant en contact avec des retraités bénévoles, qui connaissent bien les animaux et sont soucieux de leur bien-être. Ils viennent s’installer chez vous la veille de votre départ pour faire connaissance avec les lieux et la famille, puis repartent le jour ou le lendemain de votre retour. Non seulement votre animal est nourri, choyé, promené, mais en plus votre maison est gardée, vos plantes arrosées et votre courrier relevé.

Le tarif: même si vos anges gardiens ne sont pas rémunérés, l’entreprise, elle, vous demandera au minimum 86€ pour quatre jours et 156€ pour la semaine.

Pour en savoir plus, téléphonez au 04 68 64 35 56 ou 04 68 64 36 85 ou 06 09 27 46 51.

• De particulier à particulier

Si votre budget ne vous permet pas de faire appel à des prestations payantes, il vous reste l’échange de bons services. 

Comment? Inscrivez-vous sur un site comme www.animal-fute.com et déposez-y une annonce. Vous indiquez votre lieu de résidence, le type d’animal à garder, le type d’habitat (maison avec jardin, appartement…), le mois d’échange souhaité, les vaccinations… Cherchez ensuite l’annonce la plus proche de la vôtre et entrez en contact avec la famille afin d’organiser une rencontre. Condition sine qua non pour que l’échange réussisse : les animaux des deux familles doivent bien s’entendre

http://www.notretemps.com/famille/animal-de-compagnie/faire-garder-mon-animal,i27441/3


Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans ANIMAUX
commenter cet article
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 21:35

Par Odile Amblard, le 23 janvier 2013

 

 

Alimentation à volonté, litière propre.... Faire le bonheur de votre chat n'est pas si compliqué. Les recommandations de Delphine Clero, de l'École vétérinaire de Maison-Alfort (94).

• Donnez-lui une litière impeccable

Animal très propre, un chat se toilette sans cesse. Son odorat étant très développé, il risque d'avoir du mal à faire ses besoins dans une litière douteuse et... d'aller les faire ailleurs. Pensez à nettoyer son bac plusieurs fois par jour.

Laissez-lui de la nourriture à disposition

Contrairement au chien, un chat trouve aussi dans la nature de quoi s'alimenter. Il ne fait donc pas forcément de "vrais repas" à heure régulière.

Si vous ne voulez pas lui laisser un petit récipient rempli de croquettes, surtout si vous êtes en appartement, la solution peut être d'acheter un jouet distributeur de nourriture (balle à croquettes, rouleau distributeur, etc. en vente dans les animaleries ou sur internet). Ainsi il pourra accéder à de petites quantités de nourriture, quand il aura faim.

• Installez un grattoir

Un chat a besoin de faire ses griffes et de pétrir. Pour éviter que vos meubles, canapés ou vêtements n'en pâtissent, équipez votre intérieur d'un grattoir.

Avant de l'installer, vérifiez les habitudes de votre chat: certains préfèrent un support horizontal, d'autres vertical...

• Offrez-lui un arbre à chat

Équipé de petites plateformes sur lequel votre félin pourra sauter à sa guise, cet "arbre à chat" lui permettra d'exercer son agilité et de se dépenser sans renverser vos bibelots et "faire le ménage" au-dessus de vos armoires. En vente dans les magasins spécialisés et sur internet.

Laissez vos portes ouvertes

Les chats détestent les portes fermées qui les empêchent de circuler à leur aise dans un appartement ou une maison. Certains en deviennent fous, c'est ce qu'on appelle le syndrome du chat-tigre.

Si vous le pouvez, installez une chatière pour qu'il puisse entrer et sortir dans le jardin.



Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans ANIMAUX
commenter cet article
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 18:38

 

Par Odile Amblard le 18 janvier 2013
Ces gestes qui rendent votre chien heureux
C'est tellement agréable d'avoir un petit compagnon en pleine forme! En plus, ce n'est pas si compliqué. Les recommandations de Delphine Clero, de l'École vétérinaire de Maison-Alfort (94).

• Promenez-vous avec lui

Le bon rythme pour un chien? Trois balades par jour! L'occasion pour lui de se dégourdir les pattes -plus un chien est jeune, plus il a besoin de se dépenser-, et de faire ses besoins sans attendre trop longtemps. Un petit tour dehors matin, midi et soir, c'est l'idéal. 

• Otez-lui sa laisse

En ville, elle est indispensable, mais dès que votre sortie vous conduit dans un parc, ou bien dans la nature, pensez à lui ôter sa laisse. Rien de tel pour son équilibre et sa vitalité. Il pourra courir, libérer son énergie, renifler une piste, et surtout entrer en contact avec ses congénères. 

Le chien est un animal social, les relations avec d'autres chiens sont vitales pour lui. Bien entendu, vous ne le perdez pas du regard pour être prêt à intervenir si jamais une rencontre tournait mal... Cela suppose bien entendu que Canaille ou Hercule vous obéisse et revienne immédiatement à vos pieds quand vous le rappelez.

• Faites une activité avec lui

Balle, bâton, corde... jouez avec lui régulièrement. C'est l'une des clés d'une bonne complicité maître animal. 
Vous pouvez aussi partager l'un de vos loisirs: la randonnée, la course à pieds, la marche nordique... et si vous avez moins la pêche que votre chien, pourquoi ne pas l'emmener dans un club d'agility pour qu'il pratique une activité sportive: frisbee, canicross, etc. Vous trouverez des adresses, par département, sur internet: www.sports-et-loisirs.fr

• Servez-lui des menus peu variés

Contrairement à l'homme qui a besoin de manger une nourriture diversifiée, pour son plaisir et pour son équilibre nutritionnel, le chien apprécie la continuité: moins vous modifiez son alimentation, mieux son appareil digestif se porte. 
Des changements intempestifs, de typologie ou de marque d'aliments, risquent surtout de provoquer des diarrhées. Si vous lui préparez vous-même sa gamelle, faites-vous conseiller par le vétérinaire.

 

• Ne le considérez pas comme une personne

Vêtements, bijoux, jouets sophistiqués... les boutiques spécialisées regorgent d'accessoires prétendus indispensables au bonheur des chiens!Pourtant tous les vétérinaires vous le confirmeront, l'anthropomorphisme ne correspond en rien à leurs besoins et provoque le plus souvent chez eux une situation d'inconfort. 

 

 

 

• Respectez ses moments de solitude

Quand votre compagnon canin a besoin de compagnie ou d'activité, il sait venir vous trouver, ne vous inquiétez pas! Ce qui signifie que lorsqu'il se repose tranquille, dans sa niche ou dans son panier, vous n'avez pas à intervenir: de temps en temps, il apprécie le calme et la solitude.

•Récompensez-le souvent

Hercule ou Canaille ne vous a pas obéi? Ne le punissez pas trop vite! Les éducateurs canins constatent que souvent les maîtres ne prennent pas le temps de vérifier si leur animal a bien compris ce qu'ils attendent de lui, que ce soit pour la marche en laisse, le rappel, l'arrêt... 
Il est important de le vérifier à plusieurs reprises, en réexpliquant d'une voix calme, gestes à l'appui, et en récompensant d'une croquette ou d'une friandise.

 

•Soyez cohérent

Ce que vous appelez désobéissance peut venir d'un manque de cohérence de vos ordres. Un chien apprendra facilement que vous lui interdisez de grimper sur le canapé ou sur votre lit, ou de poser le museau sur la table, si vous lui interdisez toujours. Si vous l'en empêchez uniquement lorsque vous recevez des amis, il risque de mal se comporter et vous risquez de le punir à mauvais escient.

 

http://www.notretemps.com/famille/animal-de-compagnie/gestes-rendent-heureux,i21534/8

 

 


 

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans ANIMAUX
commenter cet article
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 21:10

Par Marie-Françoise Husson le 29/08/12

 

"J’ai un épagneul français de 14 ans. J’ai conscience que ses jours sont comptés et j’essaie de me préparer au mieux à cette échéance. Le jour venu, je voudrais l’enterrer dans mon jardin. En ai-je le droit?"
Marie. F Romilly (27)
 



La réponse de la rédaction

Oui, mais c’est compliqué. D’abord, il est interdit d’enterrer un animal de plus de 40 kg. Ensuite, il faut prévoir une fosse d’au moins un mètre de profondeur, loin de toute habitation ou de tout point d’eau (35 mètres au minimum), et placer l’animal entre deux couches de chaux vive. Vous pouvez aussi opter pour un cimetière animalier (s’il y en a un près de chez vous, renseignez-vous à la mairie).

Il vous en coûtera de 100€ à 600€, plus des frais de concession annuels. Il existe maintenant des cimetières "virtuels", où l’on dépose une photo de son chien et un mot de souvenir (www.lecimetiere-animalier.net, par exemple). Le plus simple reste sans doute l’incinération, collective (de 40€ à 60€ environ selon le poids de l’animal) ou individuelle (de 100€ à 350€). Dans le premier cas, vous ne récupérez pas les cendres. Dans le second, on vous remet une urne dont vous faites ce que vous voulez.

 

http://www.notretemps.com/famille/10015836-enterrer-chien-jardin.html

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans ANIMAUX
commenter cet article
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 21:08
Par Marie-Françoise Husson le 30/08/12
Chat malade: puis-je me faire rembourser?Nous avons acheté un chaton "sacré de Birmanie". Huit jours après, mon mari et moi présentions des rougeurs. Le dermatologue nous a renvoyés sur le vétérinaire, qui a diagnostiqué la teigne! Pouvons-nous rendre l'animal et nous faire rembourser? Ou, au moins, demander le remboursement des frais de vétérinaire?
Annie L., 06 Nice

La réponse de la rédaction

La première démarche à entamer est sans doute de vous mettre en contact avec l'éleveur pour obtenir un accord amiable. Les ventes d'animaux domestiques sont régies par les articles L213-1 et suivants du code rural et de la pêche maritime. 

Selon l'article R213-2 de ce code, quatre maladies (leucopénie infectieuse, péritonite infectieuse féline, infection par le virus leucémogène félin ou par le virus de l'immunodépression) constituent des "vices rédhibitoires" permettant de faire annuler la vente. Dans votre cas, la maladie entre dans la catégorie des "vices cachés", susceptibles de vous valoir le remboursement de tout ou partie du prix de vente (contre restitution de l'animal). 

Vous devrez apporter la preuve du "vice", son caractère caché, et le fait qu'il était présent avant la vente (article L213-7 du code rural et article 1644 du code civil).
Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans ANIMAUX
commenter cet article
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 14:21
Par Odile Amblard, avec le Dr Delphine Clero, vétérinaire le 17/07/12
Animaux: comment reconnaître une urgence?
Hémorragies, convulsions, fractures... Certaines affections conduisent à consulter au plus vite, d'autres sont moins évidentes à repérer. Neuf comportements suspects analysés par notre spécialiste.


• Il a un comportement inhabituel

Vous êtes chez vous et n'avez pas modifié les habitudes de votre compagnon, mais il ne mange rien ou, au contraire, mange tout le temps? N'hésitez pas à le conduire chez le vétérinaire. Surtout s'il a des vomissements ou des diarrhées.
En revanche, si vous l'avez confié quelques jours à un proche, patientez un jour ou deux, ce désordre d'alimentation est dû aux changements de son quotidien.

 

• Il est abattu toute la journée

Soulevez ses babines et regardez leur couleur: elles doivent être roses. Dans les autres cas, il est important de consulter. - Si elles sont blanches: signe de saignements internes ou d'ingestion de produits toxiques (associés à des difficultés respiratoires par exemple);
jaunes: un problème de foie;
- bleues: un manque d'oxygène

Dans le doute, prenez sa température: il faut enduire le thermomètre de vaseline, apaiser et tenir votre chien ou chat, avant d'introduire le thermomètre, puis attendre quelques minutes. La température d'un chien varie entre 38° et 39° (parfois augmentée en cas de stress).

• Il a fait un malaise

Il est tombé, a perdu connaissance. Si le malaise se produit après un coup de chaud, avec une température au-dessus de la moyenne, refroidissez-leen lui mettant de l'eau sur la nuque, les pattes, le corps tout entier. Le vétérinaire devra vérifier ensuite son état de santé, même s'il semble aller mieux.
 

• Il a des convulsions

La meilleure chose à faire: laissez-le au calme dans le noir, surveillez-le sans le toucher et attendez 4 à 5 minutes que les convulsions s'arrêtent. Ensuite emmenez-le chez le vétérinaire: les convulsions peuvent avoir de nombreuses autres causes que l'épilepsie, les intoxications par exemple. Le vétérinaire l'examinera et procédera à d'autres examens si besoin.

• Il est nerveux, il essaie de vomir

Il ne peut pas rester couché, il se regarde l'abdomen... Et en le palpant derrière les côtes, vous sentez un "ballon": il s'agit certainement d'unedilatation-torsion de l'estomac. Normalement, la digestion provoque des gaz qui s'échappent ensuite de l'estomac. Parfois, surtout chez les grandes races, cette évacuation ne se fait pas: l'estomac se dilate, puis se retourne.Il y a urgence à vous rendre chez le vétérinaire car la situation peut vite devenir critique.

• Il a des urines foncées

Chien ou chat, emmenez-le rapidement à la clinique, même s'il semble aller bien. Ce signe peut-être le symptôme d'une maladie grave et d'une atteinte des reins qui nécessitent une prise en charge rapide.

• Il présente des diarrhées importantes

Ce dysfonctionnement peut être assez fréquent et relativement bénin s'il ne dure pas. En revanche, il faut le prendre davantage au sérieux quand il s'agit de votre chaton ou chiot. S'il a moins de 6 mois, ne tardez pas à réagir car il peut se déshydrater complètement en quelques heures. 

• Il a été heurté par une voiture

Même s'il semble aller bien, faites-le examiner. Certaines blessures peuvent être internes. Le vétérinaire réalisera des radios complémentaires si nécessaire. Même réflexe en cas de chute d'une hauteur supérieure à 2 mètres.

• Il a avalé un produit toxique

Appelez votre vétérinaire ou contactez un centre antipoison pour chiens et chats (ex. le CAPA, à Nantes au: 02 40 68 77 40 ou le CNITV à Lyon au: 04 78 87 10 40). N'oubliez pas que certains produits, tels que le chocolat et l'oignon sont toxiques à faibles doses et que l'utilisation de médicaments humains sans avis vétérinaire est à proscrire, même en dosage nourrisson (paracétamol mortel chez le chat).

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans ANIMAUX
commenter cet article