Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juillet 2008 1 14 /07 /juillet /2008 21:03

La petite enfance apparaît traditionnellement comme le domaine réservé des femmes. Mais si la mère y occupe une place prépondérante, le rôle du père est indéniable.

Devenir père, cela suppose de faire sa place. Père de trois jeunes enfants, Thomas évoque volontiers le sujet : "Je m'imaginais bien en père de famille, mais avec des enfants d'âge scolaire ! Discuter avec eux, les aider pour leurs devoirs, les initier à mon sport favori ou au bricolage, c'était simple. Mais pour ce qui est de la petite enfance, je n'avais élaboré aucun scénario."

Il n'est en effet pas facile de se positionner, quand la mère répond si parfaitement aux besoins de l'enfant. En mettant au monde, la femme devient "naturellement " mère, et la rencontre est immédiate. "C'est une réalité physiologique, à la naissance la femme est imprégnée d'hormones qui la font se tourner presque naturellement vers son enfant. Et l'allaitement tisse encore davantage le lien."

S’impliquer d’emblée dans la relation

Le Dr Jean Girard, obstétricien, connaît bien les interrogations de ces jeunes pères pour lesquels il anime des groupes de parole, en maternité : "Pour eux, il s'agit d'un apprentissage plus volontaire, je leur recommande d'être présents très tôt auprès de leur enfant pour apprendre à le connaître, s'investir dans la relation et trouver leurs marques dans cette nouvelle constellation familiale." Aujourd’hui, le père est présent dès la naissance, sans que pour autant les rôles se confondent.

"Au sortir de la maternité, Claire était fragilisée par tous les bouleversements liés à la naissance de Jules. Elle avait besoin que je sois auprès d'elle. En partageant ces premiers moments à la maison, je me suis tout de suite impliqué dans les soins et dans la relation avec notre bébé", témoigne Fabrice. Comme deux tiers des nouveaux pères, Fabrice a bénéficié de ses onze jours de congé paternité, pour faire connaissance avec son bébé. "Moi qui avais peur de ne pas savoir m'y prendre avec un nouveau-né, j'ai été immédiatement en première ligne", confie-t-il.

Des apports différents

Selon Jean Le Camus, psychologue, le dialogue entre le bébé et son père s'instaure très précocement, avec un mode de communication spécifique : "La mère échange davantage sur un mode visuel, alors que le père développe une relation qui fait intervenir le toucher et le mouvement." Une diversité enrichissante pour l'enfant, sachant que dès la fin de la première année le jeu s'invite dans leurs tête-à-tête. "Par ses taquineries, le père incite l'enfant à s'adapter, à inventer des solutions. Il l'encourage aussi à l'exploration et à la persévérance", constate Jean Le Camus.

Cette façon d'échanger par le biais de jeux physiques, de chatouilles ou de bagarres simulées, renforcerait la confiance en soi, tout en favorisant la socialisation par l'apprentissage du respect des règles du jeu. Une ouverture au monde que la psychanalyse a depuis longtemps attribuée au père, le désignant comme celui qui vient "troubler" le face-à-face fusionnel entre la mère et le nourrisson.

Un père structurant mais aussi un père éducateur, proche de son enfant dès le premier âge, voilà l'image de la paternité aujourd'hui. "Pierre peut tout aussi bien donner le biberon ou le bain, pour autant il n'a rien d'un papa poule ou d'une maman bis. Nous assumons tous les deux notre part dans le foyer", précise Mathilde, qui souligne que ce partage des tâches est inévitable quand les femmes ont une activité professionnelle.

Protecteur et exigeant

Par sa présence protectrice, le père pousse l'enfant à l'autonomie. Selon les observations de psychologues spécialistes du développement, il utilise pour s'adresser à son enfant un vocabulaire plus large et plus précis et fait moins d'efforts que la maman pour décrypter son langage : quand l'enfant s'exprime mal, il l'incite à reformuler pour être compris de tous. Le père est aussi celui des deux parents qui encourage le plus l'enfant à affronter des situations nouvelles et à persévérer devant les obstacles.

"Avec leur père, je sens que Théo et Jeanne sont toujours avides d'expérimenter, il maintient leur curiosité en alerte", a observé Marie, mère de jumeaux de 3 ans, qui avoue être davantage réceptive à leurs bobos ou à leur fatigue. De cette expérience de la nouveauté, le jeune enfant tire la leçon des limites que lui impose la réalité et trace ainsi son chemin vers l'autonomie. Dans les premières années de la vie, le père stimule chez l'enfant l'envie de grandir, en lui apportant la sécurité. Une attention et une présence nécessaires, fondements de l'autorité paternelle.

L’avis d’Aldo Naouri, pédiatre, psychanalyste : "Le père représente une autre référence"

Dans un premier temps, le seul repère de l’enfant est sa mère, avec laquelle il entretient une relation étroite faite de la familiarité avec sa voix et son odeur. Mais l’enfant a besoin d’un autre repère : c’est là qu’intervient le père symbolique.

Essentielle pour la construction de la pensée de l’enfant et la perception qu’il a de lui-même, l’intervention du père introduit à l’intérieur de cette relation exclusive une part de la réalité extérieure, et lui offre une autre référence. À la condition que la mère accepte de faire exister ce père symbolique aux yeux de son enfant. C’est en lui donnant sa caution qu’elle permet au père de jouer son rôle de "séparateur". Cette fonction de père symbolique peut être assurée par un autre que le géniteur : un beau-père ou toute personne qui compte infiniment pour la mère.

http://www.dossierfamilial.com/famille/parents-enfants/la-place-du-pere-dans-la-petite-enfance,2704

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans EDUCATION
commenter cet article
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 07:15
UNIVERSITE

Vous pouvez vous inscrire à l'université dès que vous aurez obtenu les résultats du baccalauréat au mois de juillet. Cependant il est souhaitable d'effectuer une pré-inscription (saisie des voeux) par Minitel ou par Internet dès le mois de mars. Pour toute information, s'adresser au rectorat de l'académie dont vous dépendez.

(en savoir plus)

  http://www.service-public.fr/accueil/agenda.html?xtor=EPR-140

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans EDUCATION
commenter cet article
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 07:12

EDUCATION

Cette allocation est versée automatiquement fin août pour les enfants âgés de 6 à 16 ans. Pour les 16 à 18 ans, elle sera versée à réception du formulaire de déclaration de situation qui vous sera adressé fin août par la Caisse d'allocations familiales (CAF).

(CAF - Allocation de rentrée scolaire)

(CAF - Demande de prestations familiales en ligne)


http://www.service-public.fr/accueil/agenda.html?xtor=EPR-140

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans EDUCATION
commenter cet article
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 06:54
mercredi 7 mai 2008

Le décret d’application de la loi du 5 mars 2007 sur la prévention de la délinquance autorise les maires à établir un fichier informatique des élèves en âge scolaire faisant preuve d’absentéisme.

Ce texte oblige les directeurs d’école, chefs d’établissement et inspecteurs d’académie à fournir aux maires qui en font la demande des informations nominatives sur leurs élèves, leurs parents responsables (adresse et profession) et l’allocataire des prestations familiales.

Les maires peuvent déclencher un "accompagnement social ou éducatif" du ressort de la commune ou informer le président du conseil général, qui peut aller jusqu’à suspendre tout ou partie des allocations familiales.

http://www.dossierfamilial.com/breves/dix-nouveaux-departements-experimentent-le-rsa,2404

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans EDUCATION
commenter cet article
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 10:43

Prestations

Vers une majoration unique des allocations familiales à partir de 14 ans

(29/04/2008)

Pour les enfants dont le 11ème anniversaire est postérieur au 30 avril 2008, une majoration unique des allocations familiales, d’un montant de 59,57 euros, sera versée à partir de l’âge de 14 ans.

Jusqu’au 30 avril 2008, cette majoration des allocations familiales était augmentée en deux temps : de 33,51 euros à partir de l’âge de 11 ans, elle passait à 59,57 euros à partir de 16 ans. Ces anciennes dispositions restent néanmoins applicables aux enfants qui en bénéficiaient avant ce 1er mai (jusqu’à l’âge de leurs 20 ans). La règle consistant à ne pas verser de majoration pour l’enfant le plus âgé d’une famille de 2 enfants est par contre maintenue.

C’est ce que prévoient deux décrets publiés au Journal officiel du mardi 29 avril 2008 qui font suite à la loi de financement de la sécurité sociale pour 2008.


http://www.service-public.fr/actualites/00838.html?xtor=EPR-140

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans EDUCATION
commenter cet article
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 07:21

Critères d'attribution des bourses des lycées 

Début de page

Une bourse peut être obtenue si l'intéressé : 

  • est de nationalité française, 

  • est de nationalité étrangère, sous réserve que toute sa famille réside régulièrement en France ou dans un département d'Outre-mer, 

  • fréquente un établissement public ou privé habilité, quel qu'il soit (pour l'enseignement à distance, il doit avoir une raison médicale). 


Sont concernés : 

  • les élèves de seconde, première, terminale préparant un bac de l'enseignement général, technologique ou professionnel ou un brevet de technicien, 

  • les élèves de 1ère , 2ème année de BEP, de CAP en deux ans, les élèves de 3ème année de CAP en trois ans, 

  • les élèves des classes préparatoires à l'apprentissage. 


Plafond de ressources 

Les ressources prises en considération pour l'attribution des bourses au titre de l'année 2007-2008 correspondent au revenu fiscal de référence de l'avis d'impôt sur le revenu de l'année 2005 (revenu brut global sans les prestations sociales). 

Lorsque l'intéressé fait état d'une modification très profonde et durable de sa situation postérieure à 2005, ses revenus de l'année 2006 pourront être retenus. 

Les élèves redoublants ont accès aux bourses, après nouvel examen des ressources de la famille. 


Objet et mode de calcul 

Ces bourses sont accordées par l'Etat aux familles ne pouvant assurer seules les frais de scolarité de leurs enfants selon les ressources des familles et en fonction de leurs charges. 

Ces charges sont évaluées en points. 

Chaque année, un barème indique pour chaque total de points de charges un plafond de ressources qui détermine la possibilité d'obtenir une bourse. 



Montant des bourses des lycées 

Début de page

Montant de la bourse 

Pour calculer le montant de la bourse, il faut déterminer le nombre de parts de bourse. Ce nombre de parts est établi en fonction du quotient familial. 


Montant de la part de bourse 

Le montant de la part de bourse est fixé à 41,52 EUR  pour l'année scolaire 2007-2008 pour tous les élèves bénéficiaires d'une bourse nationale d'études du second degré de lycée.  


Primes pour la rentrée 2007-2008 

Des parts spécifiques ou des primes complétant la bourse sont servies à certains niveaux de scolarité. Il s'agit de : 

  • la prime d'équipement, 

  • la prime d'entrée en seconde, première, terminale, 

  • la prime à la qualification. 


Prime d'équipement 

D'un montant de  341,71 EUR  , elle est versée en une seule fois avec le premier terme de la bourse aux élèves de première année de certaines spécialités de CAP, BEP, Bac technologique ou brevet de technicien.  


Prime d'entrée en seconde, première et terminale 

Attribuée aux élèves accédant à l'une de ces classes, elle est versée en une seule fois avec le premier terme de la bourse. Son montant est de 217,06 EUR .  

Les élèves redoublant ne peuvent pas y prétendre. 


Prime à la qualification 

D'un montant de 435,84 EUR , elle est versée en 3 fois aux élèves boursiers :  

  • de première et deuxième année de CAP ou BEP préparé en 2 ans, 

  • inscrits en 3ème année de CAP en 3 ans après la classe de cinquième, 

  • préparant un CAP après la troisième, 

  • ou une mention ou une formation complémentaire au diplôme déjà obtenu. 



Durée d'attribution et versement 

Début de page

Durée d'attribution et versement 

La bourse est accordée pour la durée de la scolarité. 

Elle est versée trimestriellement. 



Mise en oeuvre de la demande 

Début de page

Date de la demande 

Le dossier de demande de bourse doit être déposé auprès du chef d'établissement dans le courant du premier trimestre de l'année civile pour la rentrée scolaire suivante. 


Dépôt de la demande 

Le formulaire de demande de bourse est fourni par le chef d'établissement. 

Il précise les pièces à fournir pour la constitution du dossier. 

Une réponse de l'inspection académique sera envoyée vers le 1er juin. 


En cas de refus 

L'intéressé peut faire appel par l'intermédiaire de l'inspecteur d'académie dans les huit jours suivant la notification de décision, auprès du recteur qui saisit la commission régionale. 

Si celle-ci refuse à son tour, un recours hiérarchique peut être adressé qui sera transmis au ministère de tutelle concerné par l'inspection académique dont il dépend. 


Recours 

Un recours peut être formé devant le tribunal administratif. 


Changement d'établissement 

En cas de changement d'établissement, la famille formule une demande de transfert de bourse auprès du chef d'établissement d'origine. 

Celui-ci se chargera des formalités de transfert. 


Bourse provisoire 

Lorsque la situation familiale est modifiée de façon imprévisible et sensible, l'inspecteur d'académie peut exceptionnellement accorder une bourse provisoire ou augmenter le nombre de parts. 

Dans ce cas, un dossier de demande de bourse devra être déposé lors de la campagne de bourses suivante. 


Un élève majeur peut demander une bourse 

L'attribution de cette bourse dépend des ressources de ses parents. 

Toutefois, il ne peut la percevoir que si ses parents ont donné leur accord. 

On ne peut pas conserver une bourse du secondaire en entrant dans l'enseignement supérieur. 

Une nouvelle demande doit être formulée avant le 30 avril auprès de l'établissement d'enseignement supérieur nouvellement fréquenté. 



Bourses au mérite au lycée 

Début de page

Conditions d'attribution 

C'est un complément de bourse de lycée, attribué pour la durée de leur scolarité aux élèves bénéficiaires d'une bourse de lycée et s'engageant à l'issue de la classe de troisième dans un cycle d'enseignement conduisant au baccalauréat général, technologique ou professionnel. 

L'élève doit remplir les conditions d'attribution d'une bourse de lycée et également : 

  • avoir obtenu une mention bien ou très bien au diplôme national du brevet. Il bénéficie alors de plein droit de la bourse au mérite, 

  • ou être méritant c'est à dire s'être distingué par ses efforts dans le travail au cours de la classe de troisième. La décision d'attribution appartient alors à l'inspecteur d'académie après avis de la commission compétente. 

L'élève ou son représentant légal s'engage par écrit, à l'issue de la classe de troisième, à poursuivre sa scolarité avec assiduité jusqu'au baccalauréat général, technologique ou professionnel. Cet engagement conditionne le paiement de la bourse. 

L'élève doit également obtenir de bons résultats tout au long de sa scolarité. 


Montant 

Le complément de la bourse de lycée est d'un montant de 800 EUR  par an pour l'année 2007-2008.  

Il est versé en trois fois, en même temps que la bourse de lycée. 

L'élève peut se voir retirer le bénéfice de ce complément de bourse s'il est en situation de redoublement ou s'il a des résultats insuffisants. 



Pour toute information 

Début de page

Pour toute information, s'adresser : 

  • au chef de l'établissement scolaire fréquenté, 

  • à l'inspection académique. 


 
Pour plus d'information, les services à contacter :

[ Choisissez votre commune | Informations sur les adresses locales ]

*   Inspection académique ()

 
 Formulaires
*   Demande de bourse nationale d'études du second degré de lycée
  Cerfa n°11319*06
  Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

 

©  La Documentation française, 18 Septembre 2007 - Réf. : F616


http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F616.xhtml
 

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans EDUCATION
commenter cet article
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 10:14

Graeme Allwright

 

 

Qu'as-tu appris à l'école ?

 



Qu'as-tu appris à l'école, mon fils
A l'école aujourd'hui ?
Qu'as-tu appris à l'école, mon fils
A l'école aujourd'hui ?

J'ai appris qu'il n'faut mentir jamais
Qu'il y a des bons et des mauvais
Que je suis libre comme tout le monde
Même si le maître parfois me gronde
C'est ça qu'on m'a dit à l'école, Papa
C'est ça qu'on m'a dit à l'école

Qu'as-tu appris à l'école, mon fils
A l'école aujourd'hui ?
Qu'as-tu appris à l'école, mon fils
A l'école aujourd'hui ?

Que les gendarmes sont mes amis
Et tous les juges très gentils
Que les criminels sont punis pourtant
Même si on s'trompe de temps en temps
C'est ça qu'on m'a dit à l'école, Papa
C'est ça qu'on m'a dit à l'école

Qu'as-tu appris à l'école, mon fils
A l'école aujourd'hui ?
Qu'as-tu appris à l'école, mon fils
A l'école aujourd'hui ?

Que le gouvernement doit être fort
A toujours raison et jamais tort
Nos chefs sont tous très forts en thème
Et on élit toujours les mêmes
C'est ça qu'on m'a dit à l'école, Papa
C'est ça qu'on m'a dit à l'école

Qu'as-tu appris à l'école, mon fils
A l'école aujourd'hui ?
Qu'as-tu appris à l'école, mon fils
A l'école aujourd'hui ?

J'ai appris que la guerre n'est pas si mal
Qu'il y a des grandes et des spéciales
Qu'on s'bat souvent pour son pays
Et p't'être j'aurais ma chance aussi
C'est ça qu'on m'a dit à l'école, Papa
C'est ça qu'on m'a dit à l'école

 

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans EDUCATION
commenter cet article
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 09:24

L’accompagnement à la scolarité

Le site de l’éducation prioritaire propose en ligne un guide pratique en 14 fiches pour accompagner l’enfant dans sa scolarité (aide au travail personnel, familiarisation avec l’écrit, utilisation d’internet, orientation...).

 

1.      Comment se servir des fiches familiales ? Méthodologie pour les accompagnateurs

2.      Suivre son enfant à l’école (Ecole, collège, lycée, enseignement supérieur)

3.      Pourquoi mon enfant ne doit pas manquer l’école ?

4.      Je veux aider mon enfant dans sa scolarité : qu’est-ce que je peux faire ? (école maternelle et école élémentaire)

5.      Comment aider mon enfant dans son travail personnel ? (Ecole élémentaire)

6.      Mon enfant passe son temps sur internet

7.      Mon enfant entre en cours préparatoire (l’entrée en CP)

8.      Comment favoriser le bien-être de mon enfant (jusqu’à 11-12 ans)

9.      Comment favoriser le bien-être de mon enfant (adolescence)

10.  Comment aider mon enfant à se familiariser avec l’écrit ? La lecture – Ecole maternelle

11.  Comment aider mon enfant à apprendre à lire ? La lecture – Vers 6/7 ans

12.  Comment encourager mon enfant à lire ? La lecture de 7 à 11 ans

13.  Qu’est-ce que mon enfant va faire plus tard ? Jusqu’à 11-12 ans

14.  Qu’est-ce que mon enfant va faire plus tard ? L’orientation – Les années collège et les années lycée

 

http://www.educationprioritaire.education.fr/doc/fiches_accomp_coul.pdf

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans EDUCATION
commenter cet article
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 09:23
media.education.gouv.fr/file/00/8/2008.pdf

La note de vie scolaire au collège

Depuis la rentrée 2006, une note de vie scolaire est attribuée aux élèves de collège, de la classe de 6ème à la classe de 3ème : elle évalue notamment l’assiduité de l’élève et le respect du règlement intérieur. Un décret et un arrêté du 10 mai 2006 en définissent les éléments constitutifs et les modalités d’attribution

http://media.education.gouv.fr/file/00/8/2008.pdf

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans EDUCATION
commenter cet article
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 09:22

L’apprentissage de la lecture

Des mesures portant sur l’apprentissage de la lecture aux élèves s’appliquent depuis septembre 2006. Elles concernent l’école maternelle, le cours préparatoire et le cours élémentaire première année.

http://www.education.gouv.fr/cid200/la-prevention-illettrisme.html

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans EDUCATION
commenter cet article