Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 13:49

Les reins, au nombre de deux, sont de petits organes en forme de haricot. Ils sont situés vers l'arrière du torse, derrière les côtes inférieures.

La principale fonction des reins est de filtrer le sang afin d'en éliminer les déchets. Les déchets sont expulsés des reins sous la forme d'urine qui emprunte des conduits reliés à la vessie dénommés uretères.

Des concrétions ou des cristaux, dénommés calculs rénaux ou calculs néphrétiques, se forment parfois dans un rein. Elles résultent d'une combinaison de calcium, d'acide urique et d'autres substances présentes dans l'urine. De nombreuses personnes évacuent les petits calculs rénaux sans aucun symptôme, mais les calculs plus gros peuvent être très douloureux lorsqu'ils se déplacent dans l'uretère, pour atteindre la vessie et sortir du corps.

Un changement de régime alimentaire contribue à réduire le facteur de risque de calculs rénaux. Il est conseillé pour les patients à risque de consulter un médecin à des fins de traitement et de prévention des calculs rénaux.

 

pour voir la vidéo : cliquez sur le lien suivant ou inscrivez-le dans la barre d'adresse

 

http://www.atlasducorpshumain.fr/abdomen/35-fonction-renale.html?xtor=EPR-133-%5Bnews+edito+-+22-07-12%5D

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 12:46
Par Jean Savary le 16/05/12
Somnolence au volant, comment éviter le coup de barre
La somnolence au volant serait à l'origine de 20 % des tués sur la route et jusqu'à 30% de ceux sur autoroute. Comment la prévenir, comment l'éviter?

L'assoupissement serait la deuxième cause de mortalité routière après l'alcool. Sur autoroute, la somnolence est à l'origine de 30% des accidents mortels. 

Mais ce facteur d'accident reste délicat à évaluer car souvent associé à d'autres, comme l'alcool ou les stupéfiants. Il peut être également lié à une distraction. 

Ces accidents surviennent 
de jour comme de nuit. En effet, notre horloge biologique connaît deux moments privilégiés pour la somnolence: de nuit entre 2h et 5h du matin, et le jour entre 13 et 15 heures. Mais certaines personnes sont davantage exposées. Le test de l’association 40 millons d’automobilistes permet de le savoir.

 

Avant de prendre la route: sieste et pharmacovigilance

Chez les jeunes, la principale cause de somnolence est la "dette de sommeil", consécutive à une nuit blanche ou à une accumulation de nuits trop courtes. Une dette d'autant plus pernicieuse que la privation de sommeil peut entraîner un sentiment d'euphorie ou une excitation. 

Chez les seniors,
 la somnolence est souvent liée à la prise de médicaments ou à des pathologies comme l'apnée du sommeil. 

À tous les ages, la somnolence diurne est favorisée par l'alcool, même à faible dose: un seul verre de vin au déjeuner favorise l'assoupissement pendant la période de digestion.

Conseils de prévention

- Ne pas envisager un long trajet, même de jour, si l'on se sent fatigué. 
- En cours de route, bannir tout verre d'alcool et les nourritures lourdes.
- S'imposer une sieste d'au moins deux heures avant un trajet nocturne.
- Ne pas abuser du café qui énerve et perturbe les réactions. En raison de son délai d'action, il est plus utile d'en boire avant de partir que sur la route. 

- Eviter tout médicament marqué du pictogramme orange ou rouge avant de prendre la route. 

Sur la route: micro sieste

L'assoupissement a des signes annonciateurs: nuque et épaules raides, bâillements répétés, fixité du regard, paupières lourdes. Mais aussi difficulté à trouver une position de conduite stable et confortable ou à conserver les deux mains sur le volant. 

Quand ces effets se font sentir, faire une micro sieste de 15 à 20 minutes.On est alors reparti pour une heure et demi à deux heures, mais pas plus si le trajet a lieu de nuit.  Attention, une simple pause et quelques mouvements de gymnastique ne sont d'aucun secours: la somnolence reprendra le dessus dix minutes après avoir repris le volant.  

Ne surtout pas poursuivre son trajet sous prétexte que l'on est presque arrivé. De nombreux accidents dus à l'assoupissement se produisent à quelques kilomètres du but. La proximité induit un relâchement de la vigilance.


http://www.notretemps.com/sante/10010281-somnolence-volant-comment-eviter-coup-de-barre-fatigue-accident/2-sur-la-route-micro-sieste.html

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 11:51

L'organisme a besoin d'oxygène pour vivre. Un réseau d'artères et de veines transporte le sang riche en oxygène dans l'organisme et renvoie le sang pauvre en oxygène vers les poumons. Le cœur est au centre de ce processus continu; c'est un muscle battant de la taille du poing.

Le cœur pompe environ 5 litres de sang par minute et chaque battement de cœur envoie le sang vers les poumons et les autres parties du corps. C'est grâce à sa structure interne complexe que le cœur est capable de réaliser cette opération.

Le cœur possède un côté droit et un côté gauche. Le côté droit comprend l'oreillette droite et le ventricule droit ; ces chambres récupèrent le sang pauvre en oxygène et l'envoient dans les poumons où il est enrichit en oxygène. Le côté gauche du cœur comprend l'oreillette gauche et leventricule gauche ; ces chambres récupèrent et envoient le sang riche en oxygène dans le corps.

Quatre valvules permettent au sang de se déplacer dans le bon sens. Deux des valvules cardiaques séparent les oreillettes droite et gauche des ventricules droit et gauche. Les deux autres valvules séparent leventricule droit de l'artère pulmonaire et le ventricule gauche de l'aorte.

Au cours d'un battement normal du cœur, le sang pauvre en oxygène renvoyé par le corps pénètre dans l'oreillette droite par la veine cave. L'oreillette droite se contracte, ce qui fait passer le sang par la valvule tricuspide; il pénètre alors dans le ventricule droit. Le ventricule droit se contracte et envoie le sang par la valvule pulmonaire dans l'artère pulmonaire, puis dans les poumons.

Simultanément, le sang riche en oxygène provenant des poumons est amené au cœur par les veines pulmonaires. La veine pulmonaire se vide dans l'oreillette gauche qui se contracte pour pousser le sang riche en oxygène par la valvule mitrale, puis dans le ventricule gauche. Le ventricule gauche se contracte et pousse le sang dans la valvule aortique, puis dans l'aorte qui distribue le sang dans les artères de l'ensemble du corps. Le cœur est alimenté en sang par les artères coronaires, qui bifurquent sur l'aorte.

 

pour voir la vidéo, suivez le lien suivant : 

http://www.atlasducorpshumain.fr/coeur-et-vaisseaux/210-fonctionnement-du-coeur.html?xtor=EPR-133-%5Bnews+edito+-+29+-07-12%5D


Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 11:23

Diététique

Composition nutritionnelle des aliments : une base de données en ligne

Publié le 18.07.2012 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Calories, lipides, glucides, protéines, vitamines, minéraux : vous souhaitez mieux équilibrer votre alimentation ? Pour tout savoir sur la composition nutritionnelle de 1 440 aliments, retrouvez en ligne la base de données de référence proposée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).

Intitulée « table Ciqual », cette base vient d’intégrer 200 000 nouvelles données et 140 nouveaux aliments (parmi lesquels des farines, des céréales, des gâteaux et pâtisseries, des biscuits, des spécialités laitières, des huiles, des viandes et poissons, des jus de fruits et des plats préparés). Cette source d’information détaille également le profil en acides gras des aliments. Par ailleurs, une fonctionnalité de recherche spécifique permet de trier les aliments sur la base de leur teneur en un constituant particulier afin de rechercher, par exemple, les aliments les plus riches en acides gras oméga 3, en vitamine B9 (folates) ou, au contraire, les moins riches en sel (sodium) ou en sucres.

Les aliments contenus dans cette base sont considérés comme génériques dans le sens où ils représentent l’ensemble des aliments d’un même type (abricots frais, pâtes alimentaires cuites, lait entier pasteurisé...). Pour chaque aliment, l’Anses estime la composition moyenne en combinant plusieurs produits de marques différentes et en prenant en compte, dans la mesure du possible, les niveaux de consommation de la population française. Les données sont toujours calculées pour 100 grammes d’aliments

 

cliquez sur le lien suivant pour retrouver cette table OU recopiez l'adresse dans la barre d'adresse.

http://www.anses.fr/TableCIQUAL/index.htm

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 14:22

Les personnes qui suivent le ramadan, qui démarre ce vendredi, doivent suivre quelques recommandations pour faire le jeûne sans risque pour leur santé. Avant toute chose, il est indispensable de s'hydrater et de bien s'alimenter au cours de la période de rupture du jeûne. Top santé vous donne 6 conseils pour passer un bon ramadan.

1. RAMADAN : L'IMPORTANCE DE BIEN S'HYDRATER

L'hydratation doit être le mot d'ordre de cette période de ramadan. Dès la rupture du jeûne, les usagers doivent boire en grande quantité. Chacun ne doit également pas oublier de s'hydrater juste avant la reprise du jeûne.

 

2. RAMADAN : UNE ALIMENTATION SAINE

Il vaut mieux privilégier une alimentation saine lors de la rupture du jeûne et ne pas se jeter sur les pâtisseries et sucreries qui, même en grande quantité, ne combleront pas la faim et perturberont l'organisme.
La rupture du jeûne ne doit pas être synonyme de repas trop copieux. Non seulement un repas abondant perturberait l'organisme, mais en plus cela pourrait favoriser les troubles du sommeil.

Avant de repartir pour une journée de jeûne, il est recommandé de consommer des fruits pour l'apport en vitamines et surtout des sucres lents tels que de la semoule et des céréales pour tenir tout au long de la journée. A ce titre, il est important de bien manger avant le lever du soleil.

 

3. RAMADAN : LE BON RYTHME À SUIVRE

Même si le jeûne s'étend du lever au coucher du soleil, les usagers doivent essayer de faire trois repas au cours de la journée : le premier avant le lever du jour, le second à la rupture du jeûne et le troisième quelques heures (compter 2 ou 3 heures) après.
Si cela est possible, une sieste peut s'imposer en début d'après-midi. La période estivale invite même davantage les usagers à s'initier à cette pratique afin de leur permettre de reprendre des forces pour le reste de la journée.

 

Les personnes qui suivent le ramadan, qui démarre ce vendredi, doivent suivre quelques recommandations pour faire le jeûne sans risque pour leur santé. Avant toute chose, il est indispensable de s'hydrater et de bien s'alimenter au cours de la période de rupture du jeûne. Top santé vous donne 6 conseils pour passer un bon ramadan.

4. RAMADAN :SE PRÉMUNIR DU SOLEIL

Il est conseillé d'éviter le soleil et la chaleur durant le mois du ramadan. Chacun doit privilégier les pièces fraîches à l'intérieur et l'ombre à l'extérieur pour ne pas s'affaiblir trop rapidement.

 

5. RAMADAN : PEU OU PAS DE SPORT

Même si la période du ramadan n'a aucune conséquence majeure sur la santé des usagers, il est important de réduire au maximum les efforts physiques. Les sportifs doivent notamment faire très attention à ne pas se surpasser durant le mois du ramadan.

 

6. RAMADAN : LES PERSONNES À RISQUE

Les patients atteints de diabète sont invités à suivre régulièrement leur taux de glycémie, à s'hydrater en abondance et à fuir les sucreries pour réduire les risques sanitaires liés à cette période de jeûne.
Les personnes fragiles souhaitant faire le ramadan, à savoir les femmes enceintes, les personnes âgées ou encore les patients atteints d'hypertension ou d'asthme, sont appelées à consulter leur médecin traitant dès le moindre signe anormal. 
Pour une plus grande sécurité, il est recommandé de se rendre chez son médecin avant et après le ramadan.

Mis à jour le Vendredi 20 Juillet 2012

Auteur : Topsanté.com 

http://www.topsante.com/manger-mieux/mon-alimentation-sante/Ramadan-6-conseils-pour-jeuner-sans-danger-pour-la-sante/Ramadan-les-personnes-a-risque link

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 10:10
L’adhésion à l’ordre infirmier devrait devenir facultative

La ministre des affaires sociales et de la santé rencontrait jeudi 19 juillet une partie des syndicats infirmiers.

 

Avec cet article

 

« Je souhaite engager rapidement des modifications législatives sur l’obligation d’adhérer aux ordres professionnels. »Par ces quelques lignes adressées lundi à la secrétaire générale de la CGT-santé et action sociale, Marisol Touraine a fortement compromis l’avenir de l’Ordre national infirmier (ONI) qui, depuis sa création en 2006, a du mal à garder la tête hors de l’eau. Celui-ci a d’ailleurs, sans surprise, mal réagi.

Les premières missions de l’ordre sont d’enregistrer des professionnels, de défendre la qualité, l’éthique et la déontologie de la profession. « La corporation des infirmiers est extrêmement morcelée. Nous voulons pouvoir parler au nom de la profession, avec un grand “P” », assure Marilyne Pecnard, sa porte-parole.

LES « CONTRE-ORDRES »

Philippe Crepel, lui, responsable de la CGT du secteur, ne comprend pas la raison d’être de cet organisme. « Les rôles qui lui sont attribués étaient parfaitement assumés par la puissance publique. L’ordre est un petit groupe dont le but est non seulement d’organiser la profession, mais de la contrôler. »

Autre problème, selon lui, le zèle avec lequel l’ONI tente de recruter des membres. « Multiplication des courriers, menaces d’huissiers, recommandés, un véritable harcèlement ! », assure Hugues Dechilly, secrétaire du syndicat Résilience, qui a précisément été créé pour« dézinguer l’ordre » (sic !).

Face à ces critiques, l’ordre, par la voix de Marilyne Pecnard, sa porte-parole, se dit aujourd’hui « dans un changement de stratégie, une volonté d’apaisement » . Trop tard, semble-t-il. Car l’activisme des « contre ordres » a porté ses fruits.

ENDETTÉ À HAUTEUR DE 9 MILLIONS D’EUROS, L’ORDRE AURAIT DÛ DÉPOSER LE BILAN LE 29 JUILLET 2011

Malgré l’obligation d’adhésion inscrite dans la loi, l’ONI ne comptait en 2010 que 50 000 adhérents, sur environ 400 000 infirmiers. L’ordre infirmier, qui n’avait pas anticipé cette fronde, a vécu, les premières années, au-dessus de ses moyens. Endetté à hauteur de 9 millions d’euros, il aurait dû déposer le bilan le 29 juillet 2011. Sa banque lui a accordé un sursis. L’ONI s’est alors délesté d’une soixantaine de salariés, et doit, s’il veut vivre, doubler le nombre de ses membres en 2012.

Depuis l’été 2011, l’ONI semble avoir réussi à se remettre à flots. « Nous représentons aujourd’hui 117 000  membres », affirme Didier Borniche, son président, dans une lettre envoyée à la ministre en réaction à son projet. Il fustige une décision prise « avant toute concertation ».

 À l’inverse, les syndicats s’en félicitent et demandent à Marisol Touraine de « mettre le plus rapidement possible (cette suppression) à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale ». Sont également concernés les ordres des masseurs-kinésithérapeutes et des pédicures podologues.

 

ELSA SABADO

http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/France/L-adhesion-a-l-ordre-infirmier-devrait-devenir-facultative-_EP_-2012-07-19-833016


Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 16:20

« La force d’une conviction est sans rapport avec sa véracité. »

 

Le 10 mai 1940, les troupes nazies d’Hitler envahissent les Pays-Bas. Dès février 1941, à la tête du corps expéditionnaire chargé du pillage, le Reichsleiter Rosenberg se rue à Amsterdam et confisque la bibliothèque de Spinoza conservée dans la maison de Rijnsburg. 

Quelle fascination Spinoza peut-il exercer, trois siècles plus tard, sur l’idéologue nazi Rosenberg ? L’œuvre du philosophe juif met-elle en péril ses convictions antisémites ? Qui était donc cet homme excommunié en 1656 par la communauté juive d’Amsterdam et banni de sa propre famille ? 

Nourri de son expérience de psychothérapeute, Irvin Yalom explore la vie intérieure de Spinoza, dont on connaît si peu, ce philosophe au destin solitaire qui inventa une éthique de la joie, influençant ainsi des générations de penseurs. Parallèlement, l’écrivain cherche à comprendre quel fut le développement personnel d’Alfred Rosenberg qui joua, aux côtés d’Hitler, un rôle décisif dans l’extermination des juifs d’Europe.


Le Dr Yalom aurait-il pu psychanalyser Spinoza ? ou Rosenberg ? Le cours de l’histoire en aurait-il été changé ? Dans la lignée de son bestseller Et Nietzsche a pleuré, ce nouveau roman d’Irvin Yalom, à la fois incisif et palpitant, nous tient en haleine face à ce qui fut de tout temps Le Problème Spinoza.

« Voici le roman le plus captivant que j’ai lu depuis des années. Irvin Yalom a écrit un livre haletant et extrêmement bien documenté. Je vous conseille Le Problème Spinoza avec enthousiasme. » – Anthony Hopkins

« Il y a des auteurs qu’il faut découvrir toutes affaires cessantes. Irvin Yalom en est un. » – Le Magazine littéraire

« Attention, auteur rare ! Sens du récit, vérité des personnages, profondeur de la pensée… Un bonheur. » –Psychologies magazine

«Yalom excelle à rendre ses histoires aussi passionnantes qu'un polar. » – Elle

 

D.R.

POURQUOI NOUS ÉDITONS CE LIVRE

Après Et Nietzsche a pleuré, entre histoire et fiction, Irvin Yalom imagine, avec Le Problème Spinoza, le monde intérieur et la quête de vérité de deux hommes que tout sépare.

656 pages

ISBN : 978-2-35176-151-9 / ISBN (pdf): 978-2-35176-173-1 / ISBN (epub): 978-2-35176-172-4

PRIX : 24.4 €

FORMAT : 13,5 x 18,5

AUTEUR : Irvin Yalom

TRADUCTEUR(S) : Sylvette Gleize

DATE DE PARUTION EN VO : 2012

DATE DE PARUTION : 2011

harmonia mundi


Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 15:43

LE BOURREAU DE L’AMOUR

HISTOIRES DE PSYCHOTHÉRAPIE

Un chauffeur de taxi qui se reproche la mort de sa fille quatre ans plus tôt, un homme seul qui tente d'oublier son cancer incurable en faisant l’amour frénétiquement, ou encore un comptable impuissant confronté à de curieuses migraines… Dix histoires, dix patients convoqués par Irvin D. Yalom pour illustrer les difficultés que rencontre le psy, véritable « bourreau de l’amour ». Mais aussi un portrait sans complaisance, et non dénué d’humour, du psychothérapeute, coincé entre ses exigences professionnelles et ses instincts les plus profondément humains, parfois confronté, lui aussi, aux échecs les plus cuisants.
La première édition de cette traduction a été publiée en 1991 aux éditions Albin Michel sous le titre : Le Psy, bourreau de l'amour. Dix cas vécus pour un grand psychiatre américain et rééditée chez Galaade Éditions dans la collection « Re-trouvailles » en 2005.

« Dans ces dix récits aussi palpitants qu’éloquents, ces histoires pleines de sagesse et d’émotion, l’humanisme de Yalom paraît dans toute sa splendeur. Parce qu’il n’a pas peur d’exprimer ses propres sentiments, ceux-ci finissent par jouer un rôle actif dans l’équation thérapeutique. » Publisher’s Weekly

« Irvin D. Yalom est un ange qui écrit sur les démons qui nous assaillent. » Rollo May

 

Identité Galaade : Hey Ho / Création : Zazimuts

POURQUOI NOUS ÉDITONS CE LIVRE

Galaade Éditions s’étant créé autour d’une politique d’auteurs, nous cherchons à faire découvrir Irvin Yalom dans toute l'étendue de son œuvre, littéraire et scientifique, en alternant romans, essais et inédits. Le Bourreau de l’amour, ou comment un psychothérapeute avoue ses échecs… Un dur apprentissage quand le patient finit par claquer la porte...

304 pages

ISBN : 2-35176-001-8

PRIX : 19.3 €

FORMAT : 14 x 21,5 cm

AUTEUR : Irvin Yalom

TRADUCTEUR(S) : Anne Damour

DATE DE PARUTION EN VO : 1989

DATE DE PARUTION : 7 oct 2005

diffusion : harmonia mundi

 
Préface

 

 

 

IRVIN YALOM

Professeur émérite de psychiatrie à Stanford, Irvin Yalom est l’auteur, entre fiction, philosophie et psychothérapie, de nombreux essais, romans ou récits, best-sellers dans le monde entier, dont La Méthode SchopenhauerMensonges sur le divanEt Nietzsche a pleuréLe Bourreau de l’amourLa Malédiction du chat hongroisThérapie existentielleLe Jardin d’ÉpicureEn plein cœur de la nuit ou Dans le secret des miroirs.

« Il y a des auteurs qu’il faut découvrir toutes affaires cessantes. Irvin Yalom en est un. » – Le Magazine littéraire.

Irvin Yalom - Crédit photo : Reid Yalom

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 10:07

Quelques précisions suite aux réformes intervenues en matière de surveillance médicale du salarié
La médecine du travail a été réformée par une loi du 20 juillet 2011 1 et un décret n° 2012-135 du 30 janvier 2012. Cette loi prévoit plusieurs modifications en matière d’organisation des services de santé au travail, de prévention des risques professionnels dans les entreprises, mais également concernant la surveillance médicale des salariés.

 

1) examen médical d’embauche

Le salarié bénéficie d’un examen médical avant l’embauche ou au plus tard avant l’expiration de la période d’essai, par le médecin du travail.

Cet examen a obligatoirement lieu avant l’embauche pour les salariés soumis à une surveillance médicale renforcée 2.

Cet examen n’est cependant pas obligatoire (sauf si le médecin du travail l’estime nécessaire ou lorsque le salarié en fait la demande) si les conditions suivantes sont réunies (article R. 4624-12 du Code du travail) :

- le salarié doit occuper un emploi identique présentant les mêmes risques d’exposition,

- le médecin du travail intéressé est en possession de la fiche d’aptitude établie en application de l’article R 4624-47,

- aucune inaptitude n’a été reconnue lors du dernier examen médical intervenu au cours :

  • Soit des 24 mois précédents (au lieu de 12 précédemment) lorsque le salarié est à nouveau embauché par le même employeur ;

  • Soit des 12 derniers mois (au lieu de 6 précédemment) lorsque le salarié change d’entreprise.

 Cette dispense n’est pas applicable aux salariés bénéficiant d’une surveillance médicale intéressant certaines professions ou certains modes de travail 3, ni aux salariés relevant d’une surveillance médicale renforcée (article R 4624-13 du Code du travail).


2) Examens médicaux périodiques

Le salarié continue à bénéficier d’examens médicaux périodiques, au moins tous les 24 mois, par le médecin du travail.

Indépendamment des examens périodiques, le salarié peut toujours bénéficier d’un examen par le médecin du travail à la demande de l’employeur ou à sa demande (article R 4624-17 du Code du travail).

En ce qui concerne les salariés faisant l’objet d’une surveillance médicale renforcée (salariés mentionnés au nouvel article R 4624-18 du Code du travail), sous réserve de la périodicité des examens « classiques » précités et des examens spécifiques aux travailleurs exposés aux rayonnements, le médecin du travail est juge des modalités de cette surveillance. Cependant, celle-ci comprend au moins un ou des examens de nature médicale selon une périodicité n’excédant pas 24 mois, au lieu d’un an auparavant (article R 4624-19 du Code du travail).


3) examen de préreprise du travail

Le décret prévoit que lorsqu’un salarié est en arrêt de travail d’une durée de plus de 3 mois, une visite de préreprise organisée par le médecin du travail est effectuée à l’initiative du médecin traitant, du médecin conseil de la caisse d’assurance maladie, ou du salarié, pour favoriser son maintien dans l’emploi (article 4624-20 du Code du travail).

Au cours de l’examen de préreprise, le médecin du travail peut recommander certaines mesures (aménagement ou adaptation du poste de travail, reclassement, formations pour faciliter le reclassement ou la réorientation professionnelle du salarié) qu’il transmet, sauf opposition du salarié, à l’employeur et au médecin conseil de la caisse d’assurance maladie (article R 4624-21du Code du travail).


4) examen de reprise du travail

Lorsqu’un arrêt de travail est terminé, le salarié réintègre en principe son poste de travail. Cependant, ce retour nécessite dans certains cas un examen médical de reprise du travail (article R 4624-22 du Code du travail).

D’après le décret, à compter du 1er juillet 2012, la visite de reprise par le médecin du travail doit avoir lieu :

- après un congé maternité,

- après une absence pour cause e maladie professionnelle,

- après une absence d’au moins 30 jours pour cause d’accident du travail, de maladie ou d’accident non professionnel.

Le médecin du travail doit par ailleurs être informé de tout arrêt de travail d’une durée inférieure à 30 jours pour cause d’accident du travail afin de pouvoir apprécier notamment l’opportunité d’un nouvel examen (article R 4624-24 du Code du travail).

C’est à l’employeur de prendre l’initiative de la visite de reprise. Ce dernier doit saisir le service de santé au travail dès qu’il a connaissance de la date de la fin de l’arrêt de travail, afin que ce service organise l’examen de reprise dans un délai de 8 jours à compter de la reprise du travail par le salarié (article R 4624-23 du Code du travail).

Hormis ces différentes visites (embauche, périodiques…), des examens complémentaires peuvent être prescrits par le médecin du travail dans certains cas (article R 4624-25 et suivants).


Aptitude/inaptitude physique du salarié : déclaration et contestation

Dans le cadre de la réforme de la médecine du travail, le décret n° 2012-135 du 30 janvier 2012 modifie quelque peu la réglementation concernant la constatation de l’inaptitude physique du salarié et la contestation des avis médicaux d’aptitude ou d’inaptitude.

 

  • Déclaration d’inaptitude :

Comme cela était le cas avant le décret, le médecin du travail ne peut en principe constater l’inaptitude médicale du salarié à son poste de travail que s’il a réalisé :

- une étude de ce poste,

- une étude des conditions de travail dans l’entreprise,

- deux examens médicaux de l’intéressé espacés de 2 semaines, accompagnés, le cas échéant, des examens complémentaires.

Jusqu’ici, par exception, l’inaptitude du salarié ne pouvait être constatée à l’issue d’un seul examen que si le maintien du salarié à son poste de travail entraînait un danger immédiat pour sa santé ou sa sécurité ou celles des tiers.

Cette exception subsiste mais il en a été ajouté une : l’avis d’inaptitude médicale peut être délivré en un seul examen si un examen de préreprise 4 du travail a précédemment eu lieu dans un délai de 30 jours au plus (article R 4624-31 du Code du travail).

 

  • Contestation des avis médicaux d’aptitude ou d’inaptitude

Le décret prévoit qu’à compter du 1er juillet 2012, le salarié ou l’employeur peuvent contester l’avis médical d’aptitude ou d’inaptitude émis par le médecin du travail en adressant leur recours dans un délai de 2 mois, par lettre recommandée avec avis de réception, à l’inspecteur du travail dont relève l’entreprise 5. Cette demande doit énoncer les motifs de la contestation (article R 4624-35 du Code du travail).

Les voies et délais de recours doivent être mentionnés dans l’avis médical d’aptitude ou d’inaptitude (article R 4624-34 du Code du travail).

 

A noter – Assistance de l’employeur en matière de prévention des risques professionnels :

 

Dans le cadre de la réforme de la médecine du travail, la loi du 20 juillet 2011 prévoit l’obligation pour l’employeur de désigner un ou plusieurs salariés compétents pour s’occuper des activités de protection et de prévention des risques professionnels de l’entreprise, ou, à défaut, de faire appel à un intervenant extérieur (article L 4644-1 du Code du travail). Les modalités d’application de cette disposition sont précisées par le décret n° 2012-135 qui crée les articles R 4644-1 à R 4644-5 du Code du travail en vigueur à compter du 1er juillet 2012.

 

1 Loi n° 2011-867 du 20 juillet 2011 relative à l’organisation de la médecine du travail, publiée au JO du 24 juillet 2011

2 Salariés mentionnés au nouvel article R 4624-18 du Code du travail

3 En application du 3° de l’article L 4111-6 du Code du travail

4 Examen de préreprise du travail prévu par l’article R 4624-20 du Code du travail. Voir article précédent « surveillance médicale du salarié : quelques modifications ».

5 La décision de l’inspecteur du travail peut elle-même être contestée dans un délai de 2 mois devant le ministre chargé du travail (article R 4624-36 du Code du travail).


Contactez Maître Yacine DJELLAL EN SUIVANT LE LIEN CI-DESSOUS

http://www.juritravail.com/Actualite/Visite-medicale/Id/17064/?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=nl_sal_378

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 20:25
La prise d’antidépresseurs n’est jamais anodine. Des centaines de milliers de personnes chaque année s’en voient prescrire, sans être suffisamment informées de la durée du traitement et des effets secondaires. A quel moment arrêter le traitement et surtout comment procéder? Les réponses avec le docteur Alain Gérard, psychiatre.

Vous suivez un traitement contre la dépression depuis quelque temps et craignez de ne pas pouvoir vous en passer? Le Dr Alain Gérard, psychiatre, membre du Collectif de Réflexion et d'Etudes sur la Dépression, vous aide à y voir plus clair.

 

• Peut-on se passer d'un traitement antidépresseur?

Non, on ne peut pas se passer d'un traitement si l'on souffre vraiment d'une "dépression-maladie".
Mais oui on peut s'en passer si l'on souffre d'une simple déprime, de difficultés d'adaptation, de stress. 

Comment faire la différence? C'est l'intensité des symptômes et leur durée dans le temps qui mettent sur la voie:
 - se sentir ralenti psychiquement (difficultés à penser, à se concentrer, à éprouver) ou physiquement (fatigue matinale, amaigrissement, économie de geste),
- souffrir d'insomnie particulièrement en dernière partie de nuit, 
- être triste, voir le monde en gris et noir, 
- avoir l'impression d'être nul, voire envisager sa propre fin comme une solution à cette souffrance, sont des signes de maladie dépressive, et la plupart du temps d'ailleurs, c'est l'entourage et non la personne elle-même qui nomme alors la dépression. 

Dans ces cas, les antidépresseurs ont prouvé leur efficacité. Selon chaque personne, le traitement peut être prescrit sur une période de quelques mois ou au long court, et en prévention, lorsqu'il existe un risque de récidive.

• Quand arrêter les antidépresseurs?

Votre médecin vous prescrit des antidépresseurs, n'hésitez pas à lui demander:
- pourquoi il vous les prescrit,
- quels effets secondaires vous risquez de voir surgir, 
- pour quelle durée ce traitement est prévu, 
- comment l'arrêter. 

Qu'il soit psychiatre ou généraliste, il doit pouvoir répondre précisément à ces questions légitimes et prendre le temps de le faire. Une consultation débouchant sur un diagnostic de dépression et la prescription d'antidépresseurs ne doit pas être réglée en dix minutes. Seul un médecin bien formé et disposant de suffisamment de temps peut poser le diagnostic.

La relation de confiance est très importante entre le médecin et vous, etcomprendre son traitement, quel qu'il soit, augmente ses chances de réussite. La décision de l'arrêter doit donc être une décision concertée entre vous deux. 

Trop souvent, les personnes arrêtent le traitement d'elles-mêmes, et brutalement. C'est alors que peut se produire un syndrome de sevrage qui se manifeste par des insomnies, des vertiges, de l'irritabilité, et un retour des symptômes, par exemple. Ce qui peut induire une dépendance psychique: on a si peur de cet état que l'on pense ne plus être capable de se passer de médicaments.

En général, les spécialistes estiment qu'un traitement antidépresseur peut être arrêté à partir du moment où, depuis 3 mois, on est revenu à l'état antérieur à la période dépressive (cet état étant différent pour chacun, il n'y a pas de normalité en la matière). 

• Quels sont les effets secondaires des antidépresseurs?

Même si les nouvelles classes de médicaments présentent moins d'effets secondaires qu'auparavant, certains peuvent toutefois être gênants, comme:
- les troubles érectiles, 
- les troubles digestifs, 
- la sécheresse de la bouche, 
- les tremblements. 

Chez les personnes âgées
, les traitements antidépresseurs doivent être prescrits avec précaution. Car à court et long terme les effets secondaires peuvent être graves: saignements gastriques, confusion, agitation et baisse de tension à l'origine de risques accrus de chutes avec fractures. 

Il est donc très important, plus encore que pour les autres catégories de population, d'évaluer le bénéfice/risque d'une telle prescription et de réévaluer le traitement régulièrement avec le médecin prescripteur. 

 

• Comment arrêter un traitement?

L'arrêt d'un traitement antidépresseur ne se fait jamais seul et toujours progressivement. Les modalités dépendent du médicament et de sa demi-vie, c'est-à-dire du temps pendant lequel des traces subsistent dans l'organisme. Entre deux semaines et deux mois sont nécessaires pour arrêter le traitement dans de bonnes conditions.

Parfois, les antidépresseurs sont associés à d'autre médicaments psychoactifs:
- un hypnotique destiné à lutter contre l'insomnie rebelle. La durée de prescription de ce produit ne doit théoriquement pas excéder deux à quatre semaines selon le type de médicament (recommandation de l'Afssaps),
- un anxiolytique, utilisé contre l'anxiété et les crises d'angoisse, mais sans effet sur la dépression. La durée légale de prescription est limitée à 12 semaines. 

Il ne faut pas confondre ces différentes classes de médicaments qui, on le voit n'ont pas les mêmes indications. Cette configuration modifie les modalités du sevrage et requiert une attention particulière. Chaque médicament doit faire l'objet d'un protocole différent.

 

• Suivre une psychothérapie facilite-t-il l'arrêt du traitement?

Les sujets souffrant de dépression et qui suivent une psychothérapie (quelle qu'elle soit, pourvu que le psychothérapeute soit sérieusement formé et que le patient se sente en confiance) récidivent moins que ceux qui ne prennent que des médicaments. 

Pour autant, en phase aigüe de la maladie dépressive, le fonctionnement même du cerveau est si modifié par la douleur psychique que la parole, les capacités même de penser, d'associer, de se représenter sont atteintes. C'est pourquoi, commencer une thérapie dans cette phase, sans traitement médicamenteux sera peu efficace. 

En revanche, une fois les symptômes stabilisés, les remettre en perspective, leur donner un sens par rapport à son histoire ou travailler sur des stratégies qui permettront de mieux faire face aux accidents de la vie ou au stress, aide:
- à mieux "métaboliser" les événements qui paraissaient auparavant insurmontables, 
- à se sentir moins déstabilisé, moins "agi", par l'extérieur.

• Quelle place pour les médecines douces, le sport, la méditation?

Le millepertuis est présenté comme un antidépresseur naturel. Il n'agit pas de la même manière que les antidépresseurs classiques et n'est donc pas recommandée dans le sevrage de ceux-ci. Toutefois il peut trouver sa place en cas de déprime passagère ou d'anxiété.

Quant à la relaxation, au sport, à la méditation, ces techniques peuvent apporter un mieux-être à une personne trop stressée ou anxieuse. Dans le cas d'une vraie depression-maladie, elles n'ont pas apporté la preuve de leur efficacité. Cependant, une fois le traitement mis en place, elles peuvent être une aide, ne serait-ce que dans la mesure où elles remettent la personne en position d'acteur de sa santé.
 
En savoir plus: 
"Dépression, la maladie du siècle", par le Dr Alain Gérard aux éditions Albin Michel.

http://www.notretemps.com/sante/10011587-antidepresseurs-quand-comment-et-pourquoi-decrocher/6-quelle-place-pour-les-medecines-douces-le-sport-la-meditation.html?xtor

Repost 0
Published by VAUTOUR Christine - dans SANTE - PSY...
commenter cet article